Gripz : Nissan ouvre une niche dans le segment des SUV

Tout n’a pas encore été créé dans le segment des SUV comme le prouve Nissan qui présente le concept-car Gripz, une voiture pour une nouvelle niche.

Le Qashqai a été le pionnier des crossovers compacts, ce qui place Nissan au rang de précurseur en matière de SUV. Depuis, la gamme s’est étalée d’une manière pléthorique avec des crossovers de toutes tailles. Malgré cela, tout n’était pas encore dit !

Nissan vient en effet d’ouvrir une nouvelle niche en dévoilant le Gripz, un concept-car original qui associe les codes stylistiques d’une sportive à la garde au sol surélevée d’un SUV. Cette association audacieuse, inédite sur le marché, possède une certaine polyvalence à faire valoir.

L’idée n’est pas forcément nouvelle. En 2001, Toyota avait présenté le concept RSC. Par contre, Nissan pourrait être le premier à commercialiser une telle voiture.

Pour présenter le Gripz, Nissan fait référence à ses succès dans les Safari Rallye des années 1970, avec un coupé 240 Z surélevé et renforcé. C’est en hommage à cette glorieuse voiture que le concept-car arbore d’ailleurs une livrée bicolore rouge et noire.

Ce Gripz est spectaculaire par ces lignes, mais aussi ses portes-papillon, doublées de demi-portes arrière antagonistes.

Avec sa taille de 4,10 m sur 1,89 m, pour une hauteur de 1,50 m, sa vocation compacte vise les villes.

Pour l’aspect sportif, les designers ont laissé de nombreux détails en carbone, voire en métal anodisé.

Sous le capot, le Gripz a droit à un groupe moteur inédit dénommé e-Power. Il se compose du moteur électrique du Leaf et d’un moteur thermique qui sert de groupe électrogène sans entraîner les roues. Aucun détail plus précis n’est fourni au sujet de cette mécanique inédite.

Alors que Nissan a donné des aires de sportives à ce Gripz, les 109 ch du Leaf peuvent sembler un peu légers pour une véritable sportive.

Il ne s’agit que d’un concept pour l’heure, un concept très intéressant. Mais pour sa commercialisation, il y aura tout de même plusieurs points à améliorer, à commencer par la motorisation.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMarie-Eve Naud : la tête dans les étoiles, elle rêve de trouver de la vie ailleurs
Article suivantGros flou sur les smartphones compatibles avec Windows 10 Mobile

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here