GT-R LM Nismo : l’étonnante traction avant de Nissan

Nissan fera son grand retour aux 24 heures du Mans avec une étonnante traction avant : la GT-R LM Nismo.

Après seize ans d’absence aux 24 heures du mas, Nissan viendra cette année jouer la victoire en LM P1 avec une très étonnante voiture : la GT-R LM Nismo.

Suite aux résultats peu concluants de la Panoz au début des années 2000, aucun constructeur n’avait depuis tenté le choix du moteur avant. Cette GT-R LM Nismo est donc étonnante, car elle fait le pari fou du V6 3.0 biturbo qui transmet sa puissance aux roues avant. Par le biais de son système de récupération d’énergie, le système sera même capable de transférer sa puissance électrique aux roues arrière en cas de saturation de l’avant pour pratiquement faire de ce véhicule un quatre-roues motrice.

Cette innovation est tout simplement la plus importante du genre dans la catégorie LM P1 depuis des lustres. De fait, la GT-R LM Nismo pourrait bien se retrouvé propulsée au rôle de chouchou du public.

Nissan déclare également que cette voiture préfigure la prochaine génération de GT-R : « Nous avons la ferme intention de transférer sur nos voitures de route la technologie développée sur les circuits des courses LM P1 ». Roel de Vries, directeur du marketing de la marque, explique par ailleurs : « Nous développons un V6 double turbo ultra efficient dans la configuration et la lignée de la Nissan GT-R. Il s’agit d’une injection directe plus efficiente, mais toujours aussi puissante et qui peut donc être précurseur pour nos futurs moteurs GT-R. La technologie de récupération d’énergie cinétique que nous développons en course pourrait aussi avoir un potentiel d’application sur nos futurs modèles de série. »
Sous le capot, la GT-R LM Nismo devrait développer une puissance de plus de 1 000 ch pour un poids du bolide de 880 kg.

À l’heure actuelle, le volant de cette GT-R LM Nismo sera confié à l’expérimenté Marc Gené, vainqueur avec Peugeot en 2009 et second l’année dernière avec Porsche. Le reste des équipages est encore à confirmer.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTout le monde n’est pas content du retour de The Pirate Bay
Article suivantGoogle : le projet de cartographie mobile Tango quitte le nid

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here