Guerre des brevets : Dell paiera Microsoft pour des appareils Android

Même si Microsoft n’a à priori rien à voir avec le système d’exploitation Android de Google, Dell s’est mis d’accord avec l’éditeur de Redmond pour lui verser des compensations financières pour des brevets.

Quel est le point commun entre Samsung, ZTC, HTC, Acer et Microsoft ? Ce sont toutes des firmes qui ont cédé à la stratégie dissuasive de l’éditeur de Redmond en matière de brevets. Dans la réalité des faits, au lieu d’intenter des procès à tout va, avec tous les risques qu’ils pourraient occasionner, Microsoft privilégie une approche négociée.

C’est de cette manière que Samsung, ZTC, HTC, Acer ont conclu des accords avec Microsoft pour verser une compensation financière pour l’utilisation de certains brevets, des brevets relatifs à Android faut-il préciser. De fait, même si Microsoft n’a absolument rien à voir avec le système d’exploitation mobile de Google, il bénéficie directement de sa popularité sur le marché.

Désormais, c’est Dell qui va rejoindre la liste des firmes ayant conclu un accord de licence avec Microsoft, c’est-à-dire payer une compensation financière forfaitaire pour chaque appareil vendu.

Au niveau des brevets, c’est typiquement celui concernant l’implémentation du protocole ActiveSync qui est souvent mis en avant, un brevet qui est tombé dans l’escarcelle de Microsoft en 2012 suite à une décision de la Commission internationale du commerce au sujet d’un litige avec Motorola.

Mais cette stratégie de la monétisation de la propriété intellectuelle n’est pas nouvelle pour l’éditeur de Redmond, elle est mise en place depuis 2003. Bon an, mal an, ce serait quelque 2 milliards de dollars qui tomberaient chaque année dans les caisses de Microsoft de cette manière, pourquoi s’en priver ?

Brevets Android : Dell passe à la caisse de Microsoft
Brevets Android : Dell passe à la caisse de Microsoft

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentKim Dotcom : un recyclage dans la politique ?
Article suivantCloud : Amazon en passe de décrocher le Graal avec les agences fédérales américaines

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here