HealthKit : deux hôpitaux rejoignent le programme d’Apple

Depuis son annonce en juin dernier, le nouveau programme de santé HealthKit d’Apple s’est fait plutôt discret, ce qui n’aurait pas empêché deux hôpitaux américains de rejoindre le programme.

Annoncé en grande pompe à l’occasion de la conférence WWDC 2014 de juin dernier, le nouveau programme de santé HealthKit d’Apple s’est fait plutôt discret par la suite. Hormis le renforcement des clauses d’utilisation des données médicales annoncées, il y a quelques choses, peu de chose a circulé sur cet ambitieux projet de la marque à la pomme.

Ce silence ne signifie pas pour autant qu’il ne s’est rien passé. En effet, l’agence Reuters annonce que deux hôpitaux américains ont déjà entrepris l’intégration de la version test du HealthKit au sein de leurs services, il s’agit du Stanford University Hospital et du Duke University Hospital.

Grâce à une expérience de l’université de Stanford, des patients volontaires peuvent disposer d’un iPod Touch pour surveiller les niveaux de sucres dans le sang entre les différentes visites à l’hôpital, un projet qui vise les diabétiques.

Dans le cas du Duke University Hospital, c’est un outil pour la mesure de la pression sanguine des patients, le poids et d’autres données qui a été développé.

Alors que la question de la sécurité des données personnelles de santé est sur toutes les lèvres, le programme HealthKit compte d’autres partenariats, comme avec Epic System Corp pour le développement de systèmes de visualisation et de gestion des données de santé et avec DexCom, un constructeur d’appareils médicaux.

Reste maintenant à savoir si ce HealthKit va réussie à percer.

Apple Healthkit : deux hôpitaux américains participent au programme
Apple Healthkit : deux hôpitaux américains participent au programme

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRosetta : le module Philae a identifié son objectif
Article suivantApple : légères améliorations pour les nouveaux MacBook Pro 15″ Retina

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here