Heure d’été : effets positifs et impacts négatifs

Nous sommes passés à l’heure d’été dans la nuit de samedi à dimanche. Ce changement d’heure est l’occasion d’évoquer les effets positifs de ce changement, mais aussi les impacts négatifs.

Comme chaque année depuis 1976, on a eu droit au refrain : « Dans la nuit de samedi à dimanche, à 2 heures, il sera 3 heures ! ». Par cette phrase, on nous a annoncé le changement d’heure, le passage à l’heure d’été. Si l’heure d’été est habituelle pour les Français, ça ne l’est pas pour de nombreux pas dans le monde. En fait, quels sont les effets positifs de ce changement d’heure, et quels sont ses impacts négatifs.

Le passage à l’heure d’été a été conçu pour économiser de l’énergie l’été en profitant des périodes de jour plus longues. Une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) publiée en 2010 a démontré que le changement d’heure provoquait :

· Une consommation électrique plus importante le matin, notamment un pic à 06h00.
· Une consommation beaucoup moins importante le soir, notamment entre 20h00 et 21h00.

En d’autres termes, les foyers paient en moyenne un peu plus d’électricité le matin, mais économisent plus que cela le soir. Une heure d’éclairage en moins permet d’économiser approximativement 10 centimes d’euros. Selon cette étude faite avec les chiffres de 2009, la demande moyenne en électricité à 19h00 a été diminuée de 3,5 gigawatts, soit une économie annuelle d’énergie de 440 gigawatts/heure, principalement sur l’éclairage public, soit l’équivalent d’une année d’éclairage d’une ville de 800 000 habitants, par exemple Marseille.

Mais ce changement d’heure n’est pas que positif. 54% des Français seraient en fait contre ce changement d’heure, seulement 19% étant par contre favorables. Le plus incroyable dans ce sondage, c’est que 59% ignorent que cela leur permet des économies d’énergie. 75% des personnes interrogées mettent surtout l’accent sur l’impact négatif sur « le sommeil, l’alimentation ou l’humeur ». Ce constat est d’ailleurs régulièrement corrélé par des études sur l’impact du changement d’heure.

La plus récente de ces études, réalisées par la Commission européenne l’année dernière, écrit que « la santé peut être affectée par le changement de biorythme du corps, avec de possibles troubles du sommeil et de l’humeur ». Une étude suédoise de 2008 constatait pour sa part « une augmentation statistiquement significative du risque de crise cardiaque » dans la semaine suivant le changement d’heure.

ACHED, l’Association contre l’heure d’été double, évoque « des augmentations des accidents de la circulation » : en 1976, il y a eu 661 morts de plus sur les routes que lors de l’été 1975.
Un rapport du Sénat, daté de 1997, fait pour sa part état que « le monde médical est très partagé sur l’existence de troubles imputables à l’heure d’été », indiquant tout de même que « 19% des médecins faisaient état d’une augmentation de la consommation de médicaments et singulièrement de tranquillisants, au moment du changement d’heure ».

De fait, comme le soulève le dernier rapport de la Commission européenne, « les résultats sont souvent contradictoires » sur le sujet. Certains rapports suggèrent que le changement « améliore la sécurité routière », d’autres démontrent « une augmentation potentielle des accidents de la route à cause des troubles du sommeil ».

Qui croire dans tout cela ? Une chose est en tout cas certaine, la Russie a arrêté de passer à l’heure d’été en 2011 en s’appuyant sur des rapports médicaux faisant état d’une augmentation des accidents de la route le matin, mais aussi parce que l’heure d’été créait « des problèmes de stress et de santé ».

La Russie n’est pas la seule à avoir suivi cette démarche. L’Ukraine et l’Égypte sont revenues en arrière, même si cette dernière a finalement réintroduit le changement d’heure en 2014. Dans le monde, ce sont environ 70 pays qui changent d’heure deux fois par an.

À l’échelle de l’Europe, le changement d’heure est harmonisé depuis 1998, pour faciliter les communications et les transports.

Et vous, quel est votre avis sur le passage à l’heure d’été ? Est-ce vraiment utile selon vous ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMcLaren joue à cache-cache avec la 570S Coupé
Article suivantGrosse frayeur à l’atterrissage pour un Airbus A320

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Contrairement à ce qu’annonce votre article, le changement d’horaire n’a aucun impact sur la consommation d’énergie pour l’éclairage public.
    En effet, l’éclairage fonctionnement en parallèle avec le couché et levé du soleil, et les gouvernements peuvent modifier les aiguilles mais absolument pas le rythme solaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here