High-Tech : accord entre Sony et Panasonic sur les dalles de nouvelle génération

Bien que considérés comme « éternels rivaux », les deux géants japonais de l’électronique ont annoncé la signature d’un accord de codéveloppement de dalles d’écrans pour téléviseurs et moniteurs de grandes dimensions.

L’accord entre Sony et Panasonic concerne les dalles d’écrans de nouvelle génération, dits organiques électroluminescents (OLED ou OEL), pour téléviseurs et moniteurs de grandes dimensions. Considérés comme « éternels rivaux », les deux groupes se sont entendus pour mettre en commun leurs savoir-faire respectifs dans les techniques de façonnage de ce type d’écrans sur lesquelles ils travaillent séparément depuis plusieurs années.

Les écrans OLED, dalles couvertes de matériaux luminescents au passage d’un courant, présentent un excellent contraste et une très bonne résolution tout en consommant moins d’électricité que des modèles à plasma ou cristaux liquides (LCD).

Ils prévoient notamment d’exploiter des technologies dérivées de l’impression pour répartir les matériaux électroluminescents sur les dalles, un moyen jugé à haut rendement pour fabriquer des TV OEL à prix raisonnable.

Unis face à la concurrence

En associant leurs forces, les deux fleurons nippons veulent accélérer leurs travaux et fabriquer plus rapidement en série des modèles susceptibles de concurrencer ceux que les concurrents de Corée du Sud, Samsung Electronics et LG Electronics, promettent de mettre sur le marché dès cette année. Sony et Panasonic détiennent des technologies qui, a priori, sont capables de tenir la dragée haute à celles de leurs adversaires.

Leur partenariat est censé être un moyen de rester dans la course sur le marché des écrans, alors que tous les deux souffrent terriblement avec les modèles à cristaux liquides concurrencés tous azimuts par les fabricants asiatiques et impossibles à rentabiliser tant les prix de vente ont chuté.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInstaglasses : des lunettes pour voir comme à travers Instagram
Article suivantNouvelles technologies : greffe du foie réalisée par un robot
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here