HitchBot : le robot auto-stoppeur a traversé le Canada

Les concepteurs du robot auto-stoppeur ont réussi leur pari de faire traverser le Canada à un robot.

Alors que la grande question est de savoir si les humains peuvent faire confiance aux robots, la réciproque est tout autant vraie. C’est dans ce but que l’université Ryerson de Toronto a conçu HitchBot, un robot auto-stoppeur qui a dû faire confiance aux automobilistes pour relier Halifax, ville côtière et capitale de la province de Nouvelle-Ecosse, à l’est à Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique dans l’extrême ouest du Canada.

Ce drôle d’auto-stoppeur avec ses bras et des jambes en frites de piscine en mousse, ses bottes jaunes en caoutchouc, son siège rehausseur avec un pied télescopique est même devenu une véritable célébrité le temps de son voyage. À l’instar d’un automobiliste qui l’a déplacé de près de 1 000 kilomètres, nombreuses sont les personnes à avoir aidé le robot dans son voyage, avec à la clé de nombreuses photos qui circulent sur les réseaux sociaux.

Si le voyage a été une réussite, reste maintenant à connaitre les conclusions de cette expérience.

HitchBot, ce drôle d'auto-stoppeur sur les routes canadiennes.
HitchBot, ce drôle d’auto-stoppeur sur les routes canadiennes.
Trajet de HitchBot à travers le Canada.
Trajet de HitchBot à travers le Canada.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOS X Yosemite : nouvelle bêta grand public
Article suivantGalaxy Alpha vs iPhone 6 : les deux smartphones se comparent virtuellement

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here