Hubble : le télescope spatial va célébrer ses 25 ans d’activité dans l’espace

Lancé le 24 avril 1990, le télescope spatial Hubble va tout prochainement célébrer ses 25 ans d’activité dans l’espace.

Le télescope spatial Hubble est le fruit de la collaboration entre l’Agence spatiale américaine (NASA) et l’Agence spatiale européenne (ESA). Il porte le nom d’Edwin Powell Hubble (1889-1953), un des pionniers de l’astronomie.

C’est le 24 avril 1990, à bord de la navette Discovery, que Hubble a été lancé pour être mis en orbite à 570 kilomètres de la Terre. À ses débuts, le télescope de 11 tonnes a connu quelques ratés. Mais depuis 1993, il est devenu une véritable machine à remonter le temps.

« Hubble a changé la façon dont l’humanité regarde l’Univers et y voit sa place », explique l’astronome Jennifer Wiseman, une des scientifiques du télescope au Centre Goddard de la NASA à Greenbelt (Maryland).

À l’instar de l’une des plus emblématiques photos prises par Hubble, les gigantesques colonnes de gaz et de poussières interstellaires situées à 6 500 années-lumière de la Terre dans la nébuleuse de l’Aigle baptisé les « Piliers de la création », le télescope spatial a transmis plus d’un million de clichés d’objets célestes, certains aux confins du cosmos, des images stupéfiantes de supernovas.

Il y a des explosions cataclysmiques qui ont marqué la mort d’une étoile, ainsi que d’autres corps célestes. Grâce à tous ces clichés, les astronomes ont pu calculer plus précisément l’âge estimé de l’Univers : 13,8 milliards d’années.

Grâce aux observations faites par Hubble, les astrophysiciens ont pu confirmer que l’expansion de l’Univers s’accélère en 1998 que, une découverte qui avait valu un prix Nobel de physique à deux Américains en 2011.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWikileaks révèle que le « père » d’iOS est consultant chez Snapchat
Article suivantFootball : la France adopte la technologie sur la ligne de but

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here