Huracan LP 580-2 : la nouvelle propulsion de Lamborghini se dévoile

Pas de quatre roues motrices pour la Huracan LP 580-2, la nouvelle Lamborghini est une propulsion, c’est-à-dire avec seulement deux roues motrices à l’arrière.

Cela maintenant plusieurs mois que des rumeurs d’une Huracan à deux motrices circulaient. Lamborghini a mis fin aux bruits de couloir en dévoilant la Huracan LP 580-2 à l’occasion du salon de Los Angeles.

Une Lamborghini plus abordable

Comme son nom l’indique, la Huracan LP 580-2 n’est pas un pas en avant vers encore plus de puissance, mais un léger pas un retrait pour une voiture qui devrait être plus abordable.

Par rapport à la LP 610-4 qui affiche 610 ch et quatre roues motrices, cette nouvelle LP 580-2 embarque aussi un V10 de 5,2 litres, mais avec une puissance ramenée à 580 ch, ainsi que seulement deux roues motrices à l’arrière.

Côté performance, le 0 à 100 km/h passe de 3,2 secondes à 3,4 secondes, alors que le 0 à 200 km/h est de 10,1 secondes au lieu de 9,9 secondes.

Ce nouveau modèle se positionne un peu comme un bolide d’entrée de gamme avec un diamètre des roues qui passe à 19 pouces au lieu de 20 pouces, des disques de freins en acier au lieu de la céramique, des choix qui expliquent que son prix n’est « que » de 180 000 euros au lieu des 203 400 euros de la LP 610-4.

D’autres propulsions Lamborghini à venir

À l’instar de la LP 550-2 ou de la LP 620-2 Super Trofeo, Lamborghini a déjà conçu plusieurs voitures à deux roues motrices. Cela devrait d’ailleurs continuer à croire Stephan Winkelmann, le PDG de la marque, qui a déclaré qu’il fallait s’attendre à d’autres modèles prochainement.

lamborghini-huracan-lp-580-2-photo-2

Est-ce qu’une Lamborghini deux roues motrices à l’arrière est contre nature ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDeux nouvelles Fiat tentent de faire oublier leurs origines japonaises
Article suivantWindows 10 : l’installation de Threshold 2 n’a pas été sans mauvaises surprises

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here