iFixit nous dévoile les entrailles de l’iPhone 6S

Spécialisée dans la réparation d’engins électroniques, l’entreprise iFixit a démonté l’iPhone 6S pour savoir s’il était facilement réparable.

Pour l’entreprise australienne iFixit, il est important de savoir si le nouvel iPhone 6S est facilement réparable vu qu’elle est spécialisée dans la réparation d’engins électroniques. C’est ainsi que, comme beaucoup d’autres smartphones avant lui, le dernier-né d’Apple est passé entre les mains des démonteurs.

Le démontage de l’iPhone 6S nous permet de découvrir ses entrailles et de faire quelques constatations.

Pour commencer, la batterie de l’iPhone 6S est plus petite que celle de l’iPhone 6, avec moins de capacité au passage vue qu’elle n’est que de 1 715 mAh contre 1 810 mAh pour le modèle précédent. Ce choix a été fait par Apple pour laisser de la place au Taptic Engine.

Le démontage permet aussi de révéler que l’écran de l’iPhone 6S et 15 grammes plus lourds que celui de l’iPhone 6, un surcroit de poids qui s’explique certainement par la présence de la technologie 3D Touch.

L’équipe d’iFixit a aussi constaté le déplacement de certains composants, notamment celui de certains câbles.

Il est souligné que les vis et le port Lightning de l’iPhone or rose sont assortis à la couleur de l’appareil, preuve qu’Apple soigne les moindres détails.

Au final, pour sa réparabilité, les experts d’iFixit donnent une note de 7 sur 10 à l’iPhone 6S. Ils déplorent notamment qu’Apple continue à utiliser des vis Pentalobe propriétaires.

Source : ifixit

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentÉclipse totale et super lune : la Lune sera dans tous ses états dimanche soir
Article suivantCité Lib by Ha:mo : tests avec des jeunes de 16 à 18 ans

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here