Il sera bientôt possible de suivre ses signes vitaux en un clin d’œil

Des chercheurs ont découvert une technique pour mesurer en un clin d’œil les signes vitaux, ce qui devrait prochainement déboucher sur des applications mobiles.

Notamment pour pouvoir lire le pouls et la respiration des nouveau-nés sans utiliser de capteurs, une technologie s’appuyant sur des caméras vidéo a été développée. Elle fonctionne très bien, mais que sur les sujets à la peau blanche, dans une pièce bien éclairée et pour autant que les personnes ne bougent pas.

Une équipe de chercheurs de l’Université Rice aux États-Unis a tenté d’améliorer ce système. Elle a ainsi développé le DistancePPG, un gadget qui utilise des algorithmes pour équilibrer la luminosité ambiante, le teint du patient et ses mouvements. De plus, le système permet de suivre les mouvements du nez, des yeux, de la bouche et de l’ensemble du visage.

« Notre découverte majeure est que l’intensité du signal émanant du changement de couleur n’est pas la même selon les différentes parties du visage. Nous avons donc développé un algorithme offrant une moyenne pondérée », explique Mayank Kumar, le responsable de cette équipe.

Grâce à cette innovation, le DistancePPG donne une lecture fiable du pouls en temps réel comme il est précisé dans la revue Biomedical Optics Express.

Pour donner une suite à cette recherche, Mayank Kumar explique dans une vidéo (ci-dessous) qu’un logiciel devrait être rapidement proposé pour les appareils mobiles pour permettre à leurs utilisateurs de mesurer leurs signes vitaux lorsqu’ils le désirent.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLes brontosaures ont bel et bien existé
Article suivantNASA : bientôt des preuves irréfutables de la vie extraterrestre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here