Ils s’inspirent des cafards pour créer un robot sauveteur

C’est en déclarant que « les insectes sont les animaux les plus doués pour survivre » que des chercheurs expliquent qu’ils se sont inspirés des cafards pour concevoir un robot. Ce robot a été spécifiquement conçu pour le sauvetage, pour rechercher des personnes ensevelies sous des décombres.

« En cas de séisme, les sauveteurs ont besoin de savoir si les éboulis sont stables et sûrs, mais les robots actuellement utilisés ne peuvent pas entrer sous les décombres », explique Robert Full, professeur de biologie à l’université de Californie (États-Unis). Kaushik Jayaram, chercheur de l’Université Harvard, ajoute que « ce qui est impressionnant chez les cafards, c’est leur capacité à courir aussi vite dans un espace de seulement 0,8 centimètre que de 1,6 cm, en réorientant totalement leurs pattes sur le côté de leur corps ». En clair, des chercheurs se sont inspirés des cafards pour concevoir un robot miniature capable de se faufiler dans des fissures.

L’étude publiée dans les comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS), indique que les cafards, dans un espace libre, mesurent environ 3,7 cm. Dans un espace plus restreint, ils peuvent par contre rapetisser leur taille jusqu’à un quart de centimètre. C’est en s’inspirant de cette technique que les chercheurs ont conçu le CRAM, c’est-à-dire le « Compressible robot with articulated mechanisms ».

Le robot en question est petit vu qu’il tient dans la paume d’une main. Il est aussi simple et peu coûteux. Sa particularité est qu’il peut plier/déplier ses pattes lorsqu’il est écrasé, mais aussi les protéger avec un écran en plastique. Ces comportements sont directement inspirés des cafards.

« S’il y a un grand nombre de fissures et conduits, on peut imaginer envoyer un groupe de ces robots pour localiser les survivants et les points d’entrée sûrs pour les sauveteurs », expliquent les concepteurs de ce robot de sauvetage. Pour l’heure, il n’en est encore qu’au stade de prototype.

« Les insectes sont les animaux les plus doués pour survivre, car ils peuvent accéder quasiment partout et nous devrions de ce fait nous en inspirer pour fabriquer des robots reproduisant ces capacités », précise le Pr Robert Full. Est-ce que ces robots seront un nouvel outil pour les sauveteurs dans un avenir proche, peut-être ? Les capacités de ces robots-cafards doivent encore être évaluées.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPiratage : les noms de 30 000 employés du FBI circulent sur le web !
Article suivantUne biographie sur Elon Musk révèle les secrets de ses recrutements

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here