Impression 3D : bientôt une solution bon marché ?

Rendre accessibles au grand public l’impression 3D, c’est le but d’une société canadienne qui compte trouver le financement nécessaire à la commercialisation d’une imprimante 3D à moins de 100 euros.

Grâce aux efforts de Makerbot, le leader de l’impression 3D de bureau, l’impression 3D s’est un peu démocratisée avec un premier modèle d’imprimante 3D disponible à partir d’environ 2 000 euros. Dans ce sens, le projet de l’imprimante 3D Peachy Print de la société canadienne Rinnovated Design compte chambouler le marché. Le but du projet Peachy Print est simplement de proposer une imprimante 3D à moins de 100 euros !

À l’état de recherche de financement sur le site de financement collaboratif Kickstarter, la campagne de récolte de fonds a déjà permis de récolter 346 000 dollars canadiens en quatre jours alors que l’objectif visé était de 50 000 dollars canadiens. Les chances de voir aboutir ce projet sont donc plus que légitimes.

Il faut préciser que le projet Peachy Print innove technologiquement parlant en utilisant un logiciel qui convertit les modèles 3D en un fichier audio, dont les impulsions envoyées via un câble à l’imprimante sont en mesure de faire pivoter une paire de miroirs. Ces derniers servent à réfléchir le faisceau laser servant à façonner les objets 3D, une technique devant permettre une réduction drastique des coûts de fabrication de l’imprimante. L’habituel plateau sera par ailleurs remplacé par un système de goutte-à-goutte, tout aussi économique. La résine utilisée flotte dans l’eau salée et est façonnée au fur et à mesure que l’eau monte.

Pour finir, combinée à un appareil numérique, l’imprimante devrait aussi pouvoir permettre de scanner en 3D.

Dernière chose, Rinnovated Design compte sortir son imprimante 3DPeachy Print en juillet 2014.

Comment fonctionne une imprimante 3D ?

Tags

One Comment

  1. L’impression tridimensionnelle en supprimant des intermédiaires va de ce fait supprimer des emplois mais offre aussi de réelles perspectives de développement économique aux dires de nombreux spécialiste. L’Angleterre a d’ailleurs déjà investi 15 millions de livre dans cette nouvelle technologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker