Informations sur les utilisateurs : la France est un grand demandeur

En matière de demandes d’informations personnelles sur ses utilisateurs de la part des gouvernements, la France est un pays très demandeur vu qu’elle figure sur le podium mondial. Requêtes d'informations personnelles à Microsoft entre janvier et juin 2014

Selon les derniers chiffres de Microsoft, la France est très demandeuse d’informations personnelles sur ses utilisateurs de la part des gouvernements. Avec plus de 34 000 demandes enregistrées entre janvier et juin 2014, l’Hexagone arrive sur le podium derrière les États-Unis et l’Allemagne.

Dans son rapport, l’éditeur de Redmond précise que ce sont 34 494 requêtes qui ont été reçues au sujet de 58 562 comptes utilisateur. Dans 75% des cas, Microsoft a répondu en fournissant des informations dites « hors contenu », à savoir des données telles que l’adresse e-mail, le nom, le lieu de résidence, l’adresse IP au moment de l’inscription ou les transactions bancaires. Requêtes du gouvernement français entre janvier et juin 2014

Le rapport précise encore que près de 6% des demandes ont été rejetées, que 2,62% des demandes ont permis aux gouvernements d’avoir accès au contenu du compte visé ou encore qu’aucune information n’a été trouvée par Microsoft dans 16% des cas.

Au niveau de l’évolution, Microsoft précise que ces chiffres sont proches de ceux du dernier trimestre 2013 et qu’ils sont légèrement en baisse par rapport à la même période de l’année dernière.

Au niveau de la France, 4 220 requêtes ont été déposées en vue d’obtenir des informations sur 6 094 comptes utilisateur. Si toutes les demandes d’accès au contenu des comptes utilisateurs ont été refusées, il n’en demeure pas moins que des données « hors contenu » ont été fournies dans 80% des cas alors que 6,4% des demandes ont été rejetées et 13,5% n’ont pas abouti.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHero4 Black/Silver : GoPro annonce sa nouvelle gamme
Article suivantXbox One : l’inconnue chinoise

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here