Inge Lehmann : hommage à la sismologue qui découvrit le cœur de la Terre

C’est le 13 mai 1888 qu’Inge Lehmann est née. Cette journée du 13 mai est donc judicieuse pour rendre hommage à la sismologue qui est à l’origine de la découverte du cœur de la Terre.

Née le 13 mai 1888, c’est en 1903, à l’âge de 15 ans, qu’Inge Lehmann a vécu sa première expérience sismique. « C’était un dimanche matin. J’étais tranquillement assise chez moi avec ma mère et ma sœur lorsque le sol s’est mis à bouger sous nos pieds. Les lampes se sont mises à tomber et les meubles à se déplacer. Mon père est arrivé paniqué dans la pièce en criant c’est un tremblement de terre ! Mais nous devions être loin de l’épicentre, car les mouvements étaient lents et peu violents. D’ailleurs, malgré de nombreux efforts, les autorités n’ont jamais trouvé cet épicentre. C’était ma première expérience de tremblement de terre avant que je ne devienne une sismologue, 20 ans plus tard », confie-t-elle dans ses mémoires.

Alors qu’elle se trouvait en Nouvelle-Zélande, en 1929, Inge Lehmann émet une théorie après avoir étudié les graphiques et résultats d’importantes secousses sismiques. C’est en 1936 que sa théorie prend forme : le centre de la Terre possède un noyau externe liquide et un noyau interne solide, une affirmation qui est contraire aux idées de son époque où l’on estimait que le noyau était entièrement liquide. La sismologue danoise est arrivée à cette conclusion en se basant sur l’enregistrement des ondes dites « ondes P » par des stations sismiques.

Dans le globe terrestre, il existe des zones où l’on observe des modifications brutales de la vitesse de propagation des ondes sismiques, ces zones correspondent à des changements de milieu. C’est sur cette base qu’Inge Lehmann statue qu’il existe une discontinuité au niveau du noyau de la Terre, une zone située à environ 5 000 km de profondeur qui délimite un noyau externe liquide et un noyau interne solide. On donnera son nom à cette zone.

Alors que cette démonstration a été réalisée sans ordinateur, la science la confirmera en 1970, grâce à des sismographes de haute technologie capables de détecter les ondes émises par le noyau solide.

C’est pour rendre hommage à Inge Lehmann, les 127 ans de sa naissance, que Google lui consacre son Doodle ce 13 mai.

Cette journée est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur Inge Lehmann, comme le fait qu’elle était la fille d’un professeur de psychologie et petite-fille du gouverneur de la Banque centrale du Danemark. Elle a fait ses études dans un lycée mixte progressif à Copenhague, un système éducatif inédit pour l’époque. Militante féministe, Inge Lehmann déclare dans ses mémoires : « Vous n’imaginez pas à combien d’hommes incompétents j’ai pu faire face dans ma carrière. J’ai dû batailler toute ma vie. »

Malgré le fait qu’elle soit devenue aveugle avec l’âge, Inge Lehmann n’a jamais changé sa façon de vivre, refusant toute aide. En 1988, à 100 ans, elle accepte même un travail à l’Institut danois de géodésie. Elle décédera quatre ans plus tard, le 21 février 1993, à l’âge de 104 ans.

En 1971, Inge Lehmann a été la première femme à recevoir la médaille William Bowie, une récompense décernée annuellement par l’Union américaine de géophysique.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentIl faudra s’habituer à l’appellation « Windows 10 »
Article suivantPerte du Progress M-27M : un mois de plus à bord de l’ISS pour trois astronautes
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here