Innovation 2030 : François Hollande lance un concours mondial

L’ambition du concours « Innovation 2030 » est simple : attirer en France des projets technologiques innovants. C’est pour cette raison que François Hollande s’est mobilisé pour lancer officiellement ce concours lundi.

C’est lundi en fin d’après-midi, en présence d’Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, de Geneviève Fioraso, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche supérieure, et de Fleur Pellerin, la ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Économie numérique, que le Président François Hollande a officiellement ouvert le concours « Innovation 2030 ».

Ouvert à tous les acteurs français et étrangers de l’innovation, ce concours vise à attirer en France des projets technologiques innovants dans des domaines aussi variés que le développement d’entreprises, la transition écologique et énergétique, les sciences du vivant et de la santé ou encore les nouvelles technologies numériques. À la rentrée 2014, une trentaine de projets seront sélectionnés pour bénéficier, chacun de 2 millions d’euros de financement dans le cadre du programme gouvernemental « investissements d’avenir ».

Histoire d’être synchrone avec le lancement d’ « Innovation 2030 », le Président de la République a par ailleurs profité de cette journée pour visiter l’entreprise parisienne Mauna Kea, une société française à la pointe de l’imagerie médicale après avoir conçu le plus petit microscope flexible du monde, le Cellvizio.

IL faut encore préciser que le programme « investissements d’avenir » s’est vu octroyer 300 millions d’euros par l’État français pour contribuer au financement de projets innovants.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFree Mobile : la 4G en plus, sans surcoût !
Article suivantXbox One vs. PlayStation 4 : place aux stratégies marketing

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here