Instagram lance Bolt… dans certains pays

Après avoir lancé Poke puis Slingshot, Facebook récidive en matière de messagerie éphémère en proposant Bolt. Pour être exacte, c’est Instagram qui s’y colle cette fois.

En matière de messagerie éphémère, le succès ne semble pas être au rendez-vous avec Facebook. L’application Poke a déjà été retirée alors que Slingshot, l’appli censée la remplacer, ne semble pas véritablement séduire les utilisateurs. Face à ces flops, le réseau social ne compte pas baisser les bras vu qu’une troisième application mobile a été rendue disponible ce mardi soir.

À la différence de Poke et Slingshot, proposées par Facebook, Bolt est lancé par Instagram, une filiale du réseau social.

Compatible avec iOS et Android, l’utilisation de Bolt est très simple. À l’instar de SnapChat, l’application permet d’envoyer des clichés, des vidéos et des messages à ses amis, des contenus qui disparaitront dès qu’ils auront été visionnés. À la différence de son concurrent, Bolt ne permet par contre pas d’envoyer des messages à un groupe de plusieurs personnes simultanément.

Il est à préciser que Bolt est pour le moment uniquement disponible au téléchargement en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud, deux pays choisis en raison de leur diversité géographique et pour leur forte utilisation des applications de messagerie.

Si nous devons donc encore patienter sous nos latitudes avant de pouvoir découvrir Bolt, il faut encore préciser que le service risque de devoir prochainement changer de nom vu que ce nom est déjà utilisé par un service d’Android.

Capture d'écran de l'application Bolt
Capture d’écran de l’application Bolt
Kevin Systrom, co-fondateur et CEO d'Instagram
Kevin Systrom, co-fondateur et CEO d’Instagram

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : iMac 27 pouces et Mac Mini en approchent ?
Article suivantSony se retire de la Bourse de Londres

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here