Intel étoffe sa gamme Haswell-E avec un modèle à 8 cœurs

Nouveau fer de lance de sa vitrine technologique, la gamme de processeurs desktop Haswell-E d’Intel s’étoffe de nouveaux processeurs, dont un octo-core physiques, c’est-à-dire 16 logiques.

Afin d’étoffer sa gamme de processeurs desktop Haswell-E, Intel officialise plusieurs nouvelles références, dont le Core i7-5960X Extreme Edition.

Cadencé à 3 GHz, ou 3,5 GHz en mode Turbo, le Core i7-5960X Extreme Edition est gravé en 22 nm dans ce qui préfigure l’avenir technologique d’Intel. Comprenant 2,6 milliards de transistors, ce processeur adopte une nouvelle microarchitecture processeur jusqu’à 10% plus rapide que la précédente à fréquence égale, mais également plus économe en énergie. Plus intéressant encore, cette puce embarque 20 Mo de cache de niveau 3, un contrôleur mémoire à quatre canaux compatible avec la DDR4 à 2 133 MHz, soit une bande passante record de 68 Go/s !

Si les premiers tests révèlent une nette supériorité sur l’offre actuelle, cette performance a tout de même un prix : 999 dollars !

Hormis le Core i7-5960X Extreme Edition, Intel annonce également le Core i7-5820K (3,3 GHz ; 3,6 GHz en mode Turbo) avec 15 Mo de cache L3 pour 389 dollars et le Core i7-5930K (3,5 GHz ; 3,7 GHz en mode Turbo) également avec 15 Mo de cache L3 pour 583 dollars.

Si ces trois nouveaux processeurs sont dépourvus de GPU, la présence de 40 lignes PCI Express 3.0 (28 pour le Core i7-5820K) permettent de piloter simultanément jusqu’à quatre cartes graphiques.

Il est encore à noter qu’Intel annonce le chipset X99, doté de 10 ports SATA 3 à 6 Gb/s et de 14 connecteurs USB (dont 6 en USB 3.0), le seul chipset compatible à ce jour avec les nouveaux Core i7 d’Intel.

Intel Core i7-5960X : une vitrine technologique à 8 coeurs
Intel Core i7-5960X : une vitrine technologique à 8 coeurs

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentQuel est l’intérêt de Microsoft pour Cyanogen ?
Article suivantHomme de Néandertal : de l’art qui le rend plus humain que jamais

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here