Internet pour tous : 4 nouveaux satellites dès ce jeudi

Alors que le réseau 03b Networks se compose actuellement de 4 satellites, 4 nouveaux satellites seront lancés ce jeudi pour compléter l’offre.

C’est en 2007 que Greg Wyler a l’idée d’O3b Networks, une solution pour remplacer les couteuses infrastructures internet au sol, que cela la fibre optique, les câbles ou les équipements réseaux en recourant aux satellites.

Mais plutôt que de recourir à des satellites géostationnaires lourds et onéreux placés à une altitude de 36 000 kilomètres, c’est une solution meilleure marché qui est choisie, celle de placer de plus petits satellites en orbite à une altitude de 8 000 kilomètres.

Au lieu de peser 4 à 6 tonnes, ces satellites ne pèsent que 650 kg, ce qui réduit le coût de leur conception et de leur déploiement. Étant plus proches de la Terre, ils ont également besoin de moins d’énergie. De fait, dans la mission avouée d’apporter un accès internet très haut débit à trois milliards d’habitants « sous-connectés », la solution proposée par O3b Networks est entre 30 et 50% moins chère que celle des autres opérateurs satellitaires.

Alors que le réseau 03b Networks se compose actuellement de 4 satellites depuis juin 2013, 4 nouveaux satellites seront lancés ce jeudi à partir du Centre spatial guyanais. C’est une fusée Soyouz qui mettra en orbite quatre nouveaux satellites, deux par deux.

Couvrant une bande équatoriale de 45 degrés au nord et 45 degrés au sud, les satellites d’O3B Networks couvrent la totalité de l’Afrique, quasiment toute l’Amérique du Sud, le Moyen-Orient, l’Asie du Sud-Est, l’Australie et l’Océanie, soit presque tous les marchés émergents en matière d’internet.

Pour finir, il faut encore souligner que les satellites d’O3B Networks sont conçus par Thales Alenia Space, et qu’ils permettent de communiquer avec la Terre de manière comparable avec de la fibre optique, moyennant l’utilisation d’une parabole. Il faut encore préciser que 4 satellites supplémentaires seront encore lancés au début 2015.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentIl lève 35 000 dollars sur Kickstarter… pour une salade de pommes de terre !
Article suivantVers un rajeunissement du conseil d’administration d’Apple ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here