Internet : faites-vous partie des accros du net ?

L’utilisation d’internet engendrerait une dépendance au même titre qu’une drogue. Faites-vous partie des accros du net, un phénomène qui touche plus les filles ?

C’est une enquête réalisée sur 100 000 adolescents japonais qui révèle qu’utiliser internet peut engendrer une dépendance au même titre qu’une drogue, ce qui le traduit par une utilisation maladive du net.

Conduite par un institut rattaché au ministère de la Santé nippon, cette enquête révèle que 8,1% des lycéens et collégiens souffrent d’une dépendance à internet, que cela soit aux échanges de messages, aux jeux ou aux autres activités en ligne. Tels les symptômes d’une drogue, ils seraient incapables d’arrêter.

Plus en détail cette étude révèle que ce phénomène touche plus les lycéens (9,4%) que les collégiens (6%), mais aussi plus les filles (9,9%) que les garçons (6,4%).

Il est encore trop tôt pour savoir si cette cyberdépendance est nuisible pour la santé, mais pour le professeur Susumu Higuchi, membre de l’équipe qui a mené cette étude, ce phénomène est parfaitement préjudiciable pour l’intégration sociale des jeunes. C’est pour cela que de mesures doivent être entreprises pour lutter contre ce nouveau fléau.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBlackBerry : son Messenger prêt à conquérir Android et iOS
Article suivantSpotify : leader tout en étant déficitaire

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here