Internet.org : Facebook s’associe à Eutelsat pour connecter l’Afrique à internet

L’initiative internet.org vise à connecter le monde entier à internet. C’est dans ce contexte que Facebook s’associe à Eutelsat pour connecter l’Afrique au web depuis l’espace.

Pour des raisons de coûts, Facebook a abandonné l’idée de développer ses propres satellites pour connecter le monde entier à internet dans le cadre de son initiative internet.org, mais n’a pas pour autant abandonné l’idée d’utiliser l’espace.

C’est ainsi que Facebook et Eutelsat s’associent pour proposer de l’internet à haut débit en Afrique à partir de 2016.

« Nous sommes enthousiastes à l’idée […] de collaborer avec Facebook sur ce nouveau projet qui vise à fournir des services d’accès à internet en Afrique », s’est enthousiasmé Michel de Rosen, le PDG d’Eutelsat.

« Nous ferons en sorte d’offrir des solutions internet fiables et à des prix avantageux, pour que davantage d’usagers puissent surfer et bénéficier ainsi de l’économie de la connaissance », a-t-il ajouté.

« La mission de Facebook est de connecter le monde […]. Les satellites joueront un rôle important dans la lutte contre les obstacles majeurs qui empêchent de connecter les Africains à internet », a pour sa part commenté Chris Daniels, le vice-président d’internet.org.

Alors que l’Afrique possède un énorme potentiel de croissance, celui-ci est pour le moment bridé par le manque d’infrastructures. Cette association va donc être une solution pour tout le monde, notamment pour « les besoins des acteurs économiques, des très petites entreprises, voire des artisans », fait remarquer Michel de Rosen.

Pour ce projet, Facebook a conclu un accord pluriannuel avec la société privée Spacecom afin de pouvoir utiliser l’intégralité de la capacité haut débit du futur satellite AMOS-6, un satellite qui sera placé sur une orbite géostationnaire en début d’année prochaine.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSteve Jobs : le second biopic sur le cofondateur d’Apple divise
Article suivantDes taxis autonomes pourront embarquer des passagers dès 2016

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here