Internet.org : premier test réussi pour un drone relais solaire

Mark Zuckerberg a annoncé un premier test réussi pour un drone relais solaire devant donner l’accès à internet aux populations dans le cadre de l’initiative internet.org.

Dans le cadre de son initiative internet.org, à laquelle participent également d’autres groupes technologiques, Facebook réfléchit à des solutions pour apporter internet aux populations n’y ayant pas encore accès, notamment dans les zones peu développées.

Dans le passé, Mark Zuckerberg avait évoqué plusieurs solutions possibles « pour connecter le monde depuis le ciel », en citant notamment la possibilité d’utiliser une flotte de drones comme antennes relais pour internet.

C’est ce jeudi que le patron de Facebook a annoncé la réussite d’un premier test en vol avec un drone solaire. L’essai a été réalisé avec un prototype baptisé Aquila, un test qui s’est fait au Royaume-Uni. « Des appareils comme celui-ci aideront à connecter le monde entier, parce qu’ils peuvent servir à un coût abordable les 10% de la population mondiale qui vivent dans des communautés reculées, sans infrastructure internet existante », a écrit Mark Zuckerberg sur son compte Facebook personnel.

« L’idée consiste à rester au-dessus d’une zone pour plusieurs mois d’affilée, et d’y transmettre un service internet », a pour sa part expliqué Mike Schroepfer, le directeur technologique de Facebook, lors de la conférence F8 dédiée aux développeurs d’applications.

Aquila est un drone qui fonctionne à l’énergie solaire. Il possède une envergure plus grande que celle d’un Boeing 737 et pèse à peu près autant qu’une petite voiture. Il pourra se maintenir en vol plusieurs mois à une altitude d’environ 18 000 mètres.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentARM : une mission pour prélever un bout d’astéroïde
Article suivantPhilanthropie : Tim Cook veut faire don de « toute » sa fortune

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here