Internet : un observatoire de la qualité pointe du doigt la France

Créé à l’initiative du GESTE, le groupement des éditeurs de contenus en ligne, un observatoire de la qualité des services internet pointe du doigt la qualité en France.

C’est au spécialiste de la mesure de qualité des réseaux internet Cedexis que le GETSE s’est associé pour créer son observatoire de la qualité des services internet, un organe en charge d’évaluer les performances internet en France.

C’est en se basant sur la mesure des temps de chargements de plusieurs médias en ligne, chez les cinq principaux fournisseurs d’accès en métropole, qu’un premier bilan de la qualité des réseaux internet est publié.

On apprend ainsi que, en métropole, les temps de chargement sont compris entre 2,2s et 34,7s pour une moyenne de 6,4s. Dans les DROM-COM, le temps de chargement est quasiment doublé en passant 12,2s, seuls Saint-Pierre et Miquelon tirent son épingle du jeu avec une moyenne de 7,4s.

Si l’éloignement géographique et les interconnexions internet expliquent cette différence substantielle, comment expliquer que la moyenne de chargement pour ces mêmes sites est de 4,46s depuis la Suisse, de 4,51s depuis les Pays-Bas ou encore de 4,52s depuis l’Estonie ? Aussi bizarre que cela puisse paraitre, les sites français sont en effet plus rapidement accessibles depuis l’étranger !

On relèvera donc que la qualité des services internet en France, même en Métropole, n’est pas aussi performante que ce que l’on pourrait croire !

Différence de performance entre internautes en France métropolitaine, depuis les cinq principaux fournisseurs d'accès internet.
Différence de performance entre internautes en France métropolitaine, depuis les cinq principaux fournisseurs d’accès internet.
Différence de performance entre internautes des DROM-COM.
Différence de performance entre internautes des DROM-COM.
Un Observatoire pour la qualité d'accès aux médias en ligne.
Temps de chargement total – Légende colorée

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCensure : Vine bannit le porno de son service
Article suivantLe débridage par Evasi0n7

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here