Interoute met un pied en Espagne

L’ouverture d’un nouveau Virtual Data Centre à Madrid permet à Interoute, la plus grande plateforme de services Cloud d’Europe, de mettre un pied en Espagne. image007

En étant la plus grande plateforme de services Cloud d’Europe, Interoute disposait déjà de dix Virtual Data Centre (VDC) dans le monde, à Amsterdam, Berlin, Genève, Londres, Milan, Paris, Londres (2), New York et Hong Kong. Un onzième VDC vient d’ouvrir ses portes, à Madrid.

En mettant un pied en Espagne, Interoute poursuit l’expansion de son infrastructure en proposant un Cloud faible latence conforme aux règles locales au marché espagnol, une offre associée à une couverture mondiale. Grâce à ce VDC, une migration dans un environnement plus souple et plus rentable est disponible pour les entreprises espagnoles.

« La combinaison d’un data centre physique avec un Virtual Data Centre crée une offre unique sur le marché espagnol, les deux étant intégrés dans la plus grande plateforme de services Cloud d’Europe. Le VDC d’Interoute apporte aux entreprises la flexibilité du Cloud public avec la sécurité et la fiabilité d’un Cloud privé, ainsi qu’une couverture géographique étendue grâce au réseau le plus important d’Europe, créant un environnement unique favorable au Cloud hybride », confie Diego Matas, Directeur d’Interoute Ibérie. Il ajoute que « Nous sommes fiers de l’ouverture de ce nouveau Virtual Data Centre à Madrid, il va apporter aux entreprises espagnoles ce qu’elles recherchent : un réseau rapide et la flexibilité d’un environnement cloud ». image002

Il est à préciser que les VDC d’Interoute sont opérés et supportés selon les normes ISO 20000 et ISO 27001 relatives à la qualité et au système de gestion de la sécurité des entreprises, ce qui garantit la sécurité des données et une technologie de pointe pour l’externalisation de la gestion des services, la mise en place et le respect des bonnes pratiques en matière de qualité et de sécurité.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPhotoMath résout des problèmes mathématiques à partir d’une photo
Article suivantL’utilité du piratage informatique

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here