iOS vs Android : un domine le marché, l'autre le surf

Android a beau largement dominer le marché des OS mobiles, ce sont les utilisateurs d’iOS qui surfent le plus.

Il n’y a pas photo au niveau du marché des systèmes d’exploitation mobile, Android caracole largement en tête. Pourtant, au niveau de l’utilisation faite des mobiles, Android ne rafle pas la mise à tous les coups. Cette différence est par exemple très nette au niveau du surf sur internet.

Selon une étude réalisée par l’agence de publicité Chitika, 53,1% du trafic web mobile est généré par des appareils fonctionnant avec iOS contre seulement 44,5% pour ceux sous Android. Comment expliquer cette différence alors que les appareils au petit robot vert sont plus nombreux ?

Une des explications pourrait se situer au niveau de l’écran. Pourtant, avec des écrans généralement plus grands, cela devrait être Android qui devrait être devant, pas iOS.

Une autre explication pourrait être le navigateur, que la qualité Safari pousse les mobinautes l’utilisant à plus surfer.

Une troisième hypothèse pourrait être que les utilisateurs Android se contentent plus de ce qu’ils ont sur leur appareil, ce qui les inciterait moins à aller chercher autre chose sur le web.

Socialement parlant, il est également estimé que les utilisateurs d’iPhone seraient plus diplômés que ceux d’Android, ce qui pourrait expliquer leurs besoins de plus d’informations en provenance du NET.

Est-ce qu’une explication est plus plausible que l’autre ? Pas sûr… Mais cette différence existe bel et bien. Et vous, qu’en pensez-vous, pourquoi est-ce que les utilisateurs d’iOS surfent plus que ceux sous Android ?

Les utilisateurs d'iPhone surfent davantage sur le web que ceux d'Android !
Les utilisateurs d’iPhone surfent davantage sur le web que ceux d’Android !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEst-ce que la société de VTC Uber sera valorisée à plus de 10 milliards de dollars ?
Article suivantMicrosoft : une Surface Pro 3 pour le 20 mai ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here