iPad Air 2 – iPad Mini 3 : l’autonomie n’est pas au rendez-vous

Ce n’est pas pour rien que la presse américaine tire à boulets rouges sur les nouvelles tablettes iPad Air 2 et iPad Mini 3, elles déçoivent énormément au niveau de l’autonomie. ipad-air-2-ipad-mini-3-lautonomie-nest-pas-au-rendez

Sans apporter de réelles nouveautés par rapport à leurs prédécesseurs, hormis le Touch ID, les nouvelles tablettes iPad Air 2 et iPad Mini 3 étaient particulièrement attendus en raison du fait qu’Apple avait promis une hausse significative de l’autonomie. C’est dans l’espoir d’atteindre les 10 heures d’autonomie promises par la marque à la pomme que PhoneArena a testé les deux nouvelles tablettes.

Avec une autonomie de 6h53, l’iPad Mini 3 se situe au-dessus de la moyenne. Par contre, ce résultat est très loin des 10 heures promises et surtout notablement inférieur aux 8h28 d’autonomie de l’iPad Mini 2.

Le constat est le même pour l’iPad Air 2 qui n’a tenu que 7h27, ce qui est nettement plus que la moyenne, mais largement inférieur aux 10 heures et aux 8h38 de son prédécesseur.

Non content que les promesses d’Apple ne soient pas tenues, la presse américaine tire à boulets rouges aussi sur le fait que l’autonomie des nouvelles tablettes est largement inférieure à celle des modèles précédents.

Même si l’autonomie dépend grandement du type d’utilisation, il n’en demeure pas moins que les promesses ne sont pas tenues.

Alors que les iPad Air 2 et iPad Mini 3 étaient censés relancer le marché des tablettes qui est en déroute, les nombreuses critiques qui les ciblent semblent condamner ce mince espoir en un échec.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : du NFC pour aller plus loin que les simples paiements
Article suivantDéjà du plomb dans l’aile pour Apple Pay ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here