iPad : pas de tablette pour l’Iran !

Sahar Sabet, une étudiante irano-américaine s’est vue refuser le droit d’acheter une tablette iPad dans un magasin Apple, après que le vendeur l’a entendue parler le farsi avec un ami. Le cas ne serait pas isolé.

Une étudiante américaine d’origine iranienne de l’Université de Géorgie, Sabet, voulait juste offrir un beau cadeau à sa cousine, qui habite en Iran. Le 14 juin, la jeune femme de 19 ans s’est rendue dans un Apple Store en compagnie de son oncle pour acquérir un iPad. Mais, surprise à la caisse, l’employé du magasin refuse de lui vendre la tablette.

En cause : la conversation en farsi qu’elle tenait avec son oncle. « Quand j’ai dit que c’était du farsi et que j’étais iranienne, il m’a expliqué qu’il ne pouvait pas me la vendre. « ‘Nos pays entretiennent de mauvaises relations », a raconté Sabet à la télévision locale WSBTV. « C’était très blessant et très gênant. Je suis partie en larmes ».

L’étudiante est retournée au magasin, accompagnée d’une journaliste de la chaîne de télévision. L’employé a réitéré ses propos, à savoir que la politique du magasin était de ne jamais vendre de produit à un ressortissant iranien. De son côté, le responsable du magasin leur a montré un document concernant la politique d’Apple. Il y est expliqué que l’exportation, vente ou fourniture de produits Apple des États-Unis à l’Iran ne peuvent se faire sans l’autorisation du gouvernement américain.

« C’est de la discrimination », dénonce Sabet, qui a également contacté le service client de la marque par téléphone. Là, une employée s’est excusée en lui expliquant qu’elle pouvait toujours commander sa tablette sur internet !

Un autre client, lui aussi citoyen américain d’origine iranienne, rapporte une mésaventure similaire dans un autre magasin Apple. « Si vous essayez d’acheter un iPhone, ne leur dites rien sur l’Iran, c’est votre meilleure option », a-t-il déclaré à WSBTV.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBrevets : Apple condamné à indemniser Samsung
Article suivantWindows Phone 8 : pour relancer Microsoft dans les téléphones portables

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Ceux qui developpent le plus les secteurs de l’informatique et des sciences et technologies aux états unis viennent pour la majorité de l’étranger, des indiens, chinois, iraniens et pays de l’europe de l’est aussi.
    C’est le gouvernement américain qui ressemble de plus en plus à une dictature qui impose sa vision rétrograde sur la vie des gens, tout ca juste pour plaire au lobby juif et à israel. La france est déjà esclave de ces lobbies.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here