iPhone 5C et iPhone 5S : véritables succès, ou chiffres « gonflés » ?

En annonçant 9 millions d’appareils écoulés, Apple parle d’un lancement record. Pourtant, un analyste évoque le chiffre de 5,5 millions d’appareils « réellement » vendus.

Est-ce que les nouveaux iPhone 5S et 5C sont un véritable succès pour Apple ? Oui selon la firme de Cupertino qui annonce un lancement record avec 9 millions d’appareils vendus. Face à cela, le cabinet d’analyse Piper Jaffray évoque plutôt le chiffre de 5,5 millions de smartphones écoulés.

Entre 9 et 5,5 millions d’appareils, c’est une différence de 3,5 millions d’unités qu’il est nécessaire de justifier. En fait, les deux chiffres seraient justes, mais ne parlent pas de la même chose.

Les 9 millions d’appareils d’Apple correspondent au nombre d’unités livré aux fournisseurs alors que les 5,5 millions d’appareils sont une estimation des ventes finales. Concrètement, l’écart de 3,5 millions correspond aux appareils qui n’ont pas encore trouvé preneurs.

Il faut préciser qu’Apple n’a pas forcément « gonflé » ses chiffres, c’est simplement que les deux chiffres étaient quasi identiques lors des sorties précédentes en raison des ruptures de stock.

Signe que les opérateurs ont des stocks superflus, SFR commence à brader l’iPhone 5C en proposant le modèle de base 100 euros moins chers qu’à son lancement. Si Orange et Bouygues n’ont pas encore bougé, il pourrait bientôt le faire aussi.

Cela n’empêche pas que des délais d’attente s’allongent pour l’iPhone 5S, le modèle « or » étant même notifié en « indisponible ».

Et vous, qu’en pensez-vous ? Est-ce que ces iPhone 5S et 5C sont véritablement des réussites ? Est-ce qu’ils ciblent bien le marché ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentImpression 3D : bientôt une solution bon marché ?
Article suivantWindows RT : un pas de plus vers sa mort ?
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here