iPhone 6 : une conception has-been ?

L’iPhone 6 a beau être un succès commercial, cela n’empêche pas de nombreux blogs de dénoncer la conception has-been du flagship d’Apple. iphone-6-conception-has-been

Il n’est pas nouveau qu’Apple soit critiqué pour son manque d’innovation. Ce qui est nouveau, c’est que les critiques s’en prennent au design de l’iPhone 6, un point habituellement où la marque à la pomme est habituellement irréprochable.

C’est ainsi que plusieurs blogs américains, Gizmodo et BGR en tête, tirent à boulets rouges sur Apple, plus particulièrement sur la conception has-been de la face avant de l’iPhone 6. Selon eux, sa conception ne serait de loin pas à la hauteur de ce que propose la concurrence.

Ce n’est pas la qualité de l’écran qui est mise en cause, mais la surface qui l’entoure. Pour s’en convaincre, Gizmodo compare l’iPhone 6 et le Moto X (2013), deux smartphones équipés d’un écran de même taille. Le constat est flagrant : l’appareil Apple a beau être plus mince, il est surtout nettement plus grand avec des bords disgracieux et inutiles qui font perdre inutilement de la place, une conception totalement has-been à l’heure actuelle.

Il ne pourrait s’agir que de détails, mais des détails qui ont leurs importances lorsqu’on parle d’appareils vendus plus de 700 euros, ou lorsqu’on vante quelques dixièmes de millimètres gagnés en épaisseur alors que de nombreux millimètres pourraient être gagnés en longueur et largeur.

Avec des critiques qui ciblent son manque d’innovation et maintenant son design, on se rend compte qu’Apple va rapidement se retrouver dans une situation délicate malgré son succès commercial. Il ne faut en effet surtout pas minimiser l’impact de ces blogs, cruciaux pour la réputation d’un produit ou d’une marque.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle Fit : l’application, le SDK et les API sont disponibles
Article suivantDroit à l’oubli : l’exception google.com pourrait être remise en cause

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here