iPhone 6 : sa maquette se compare aux produits concurrents

Grâce à deux vidéos qui circulent actuellement sur le net, il est possible de comparer un futur iPhone 6 avec les Galaxy S5, HTC One M8 et iPhone 5S. Bien évidemment, il ne s’agit que d’une maquette de l’iPhone 6 !

Comment comparer l’iPhone 6 avec ses concurrents alors que le prochain smartphone d’Apple n’est pas encore sorti ? Les instigateurs de deux vidéos circulant actuellement sur le net ont simplement eu recours à une maquette, ce qui permet au moins de comparer les tailles et proportions des appareils en compétitions.

Dans une première vidéo, cette maquette d’iPhone 6 est comparée au Samsung Galaxy S5 et au HTC One M8. Ce qui est immédiatement flagrant, c’est le fait qu’en adoptant un écran d’environ 5 pouces, tous les appareils possèdent un encombrement pratiquement identique.

Dans une seconde vidéo, c’est aux autres produits Apple que cette maquette d’iPhone 6 est comparée. C’est de cette manière qu’on remarque la ressemblance flagrante avec l’iPod Touch 5G, notamment au niveau des courbes et d’une plus grande finesse.

Vu qu’il s’agit de maquette, toute la prudence de rigueur est nécessaire en consultant ces vidéos. Pourtant, en les visionnant, on constate qu’Apple s’aligne sur les produits concurrents, donc sur les attentes des clients.

L’argument principal d’un smartphone n’est pas que son ergonomie et son design, mais aussi ses fonctionnalités embarquées. Si l’iPhone 6 s’est aligné sur ses concurrents du point de vue de la taille, il reste à espérer qu’il va faire preuve d’innovation et de différentiation par rapport à eux pour le reste.

Qui de l'iPhone 6 ou de la banane a la meilleure ergonomie ?
Qui de l’iPhone 6 ou de la banane a la meilleure ergonomie ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentDe la réalité augmentée pour suivre soi-même l’activité de son cerveau
Article suivantPublicité dans Firefox : oui, mais pas tout de suite

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here