ISIS Viséo : un véhicule « Transformer » pour la police d’Evry !

Les habitants d’Evry ont eu une certaine surprise en découvrant que la police municipale possédait un véhicule style « Transformer » : une ISIS Viséo.

Est-ce que la police d’Evry possède un véhicule extraterrestre ? C’est ce qu’ont certainement pensé les habitants. En fait, pas du tout.

La police municipale s’est fait prêter une ISIS Viséo, un véhicule électrique conçu par l’entreprise IRIS. La particularité principale de cette voiture est qu’elle est un peu « Transformer » avec son habitacle qui peut grimper jusqu’à 3 mètres de haut. Prêté pour divers essais, comme patrouiller pendant le carnaval de la ville, l’atout de ce véhicule est justement son habitacle qui peut fonctionner comme une nacelle.

L’ISIS Viséo est dotée d’un moteur électrique et de batteries au plomb rechargeables en 8 heures. Son autonomie est de 80 kilomètres pour une vitesse de pointe de 25 km/h.

« La Viséo offre un avantage pour la surveillance de foules » et permet « de voir dans l’enceinte des pavillons, détecter les traces d’effraction », confie Philippe Poupeau, le directeur de la Police Municipale d’Evry. Tout n’est néanmoins pas parfait comme il le fait remarquer, comme le cockpit monoplace qui est « un problème de sécurité pour l’agent qui intervient ». Ce problème n’en serait en fait pas réellement un vu que la société IRIS planche sur un modèle biplace, de plus « les sièges baquets n’étaient pas assez larges et entravaient le bouclage de ceinture, peu pratique pour des agents armés ».

Avec son prix de 45 000 euros, ou 700 euros par mois en location, l’IRIS Viséo est trop cher pour la municipalité. « Il n’est pas prévu d’en faire l’acquisition, ce n’est pas dans le budget 2015 », a déclaré le maire d’Evry, Francis Chouat.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentLoi de Moore : 50 ans de prédiction… avant sa fin
Article suivantApple Watch : les copies inondent la Chine

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here