iWatch : les options énergétiques d'Apple

Alors que des rumeurs incessantes évoquent une prochaine iWatch, Apple serait pour le moment en train de plancher sur les options énergétiques de ses prochains appareils connectés mobiles.

Que cela soit l’iPhone, iPad ou l’iWatch, le premier problème de ces appareils connectés mobiles réside dans son autonomie, respectivement dans son énergie embarquée. Dans le cas d’une iWatch portée au poignet, les problématiques du poids et d’une autonomie correcte sont encore plus importantes que pour les autres appareils.

C’est dans ce contexte que le New York Times affirme qu’Apple serait actuellement en train de plancher sur différentes options énergétiques pour son iWatch, respectivement ses appareils mobiles.

Si le journal américain évoque la conception d’une batterie souple extrêmement fine pour intégrer le bracelet d’une montre, c’est surtout l’aspect de sa recharge qui est passé en revue.

C’est ainsi que, à l’instar des montres traditionnelles, Apple travaillerait sur un système de recharge basé sur les mouvements du poignet. L’énergie solaire serait également étudiée malgré le problème des manches ou de manque de soleil dans certaines régions.

Bien évidemment que la structure même de la batterie est également au cœur de toute les attentions en travaillant sur la possibilité de stocker toujours plus d’énergie dans un espace toujours plus petit, comme aussi le fait de consommer moins d’énergie qu’actuellement.

Si ces recherches pouvaient radicalement modifier les appareils mobiles, elles ne révèlent rien sur l’éventuelle sortie d’une iWatch. Alors, pour bientôt ou pas ?

Apple expérimente toutes les solutions pour charger sa montre
L’un des derniers concepts d’iWatch en date, fortement inspiré par le Fuelband de Nike.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook : les dates marquantes de ses 10 ans
Article suivantNumericable : un an de 4G gratuite à la souscription d'une offre fibre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here