J Butterfly 3 : HTC lance un smartphone encore plus haut de gamme que le One M9

HTC vient de lancer au Japon le J Butterfly 3, un smartphone encore plus haut de gamme que le One M9.

À l’heure actuelle, le nouveau J Butterfly 3 est réservé pour le Japon, plus précisément pour l’opérateur KDDI. Ce smartphone de HTC. Révélé la semaine dernière, est encore plus haut de gamme que le One M9.

Répondant à la référence HTV31, le J Butterfly 3 ne profite pas de la coque en métal de la gamme One, mais a droit en contrepartie à plus de couleur, à l’étanchéité IPX7 et à une fiche technique impressionnante.

À l’intention du marché nippon, le royaume du selfie, le J Butterfly 3 embarque un capteur frontal de 13 mégapixels. Au dos, il embarque deux capteurs, un de 20,2 mégapixels et un second à la définition non communiquée pour mesurer la profondeur de champ, donc refaire la mise au point après coup.

Ce capteur dorsal peut filmer en Ultra HD et photographier au format RAW, tout comme le One M9.

Le J Butterfly 3 embarque par ailleurs un écran LCD de 5,2 pouces d’une définition QHD de 2 560 x 1 440 pixels, une puce Qualcomm SnapDragon 810 (4 x Cortex-A57 à 2 GHz, 4 x A53 à 1,5 GHz et GPU Adreno 430), 3 Go de mémoire vive, 32 Go de stockage extensible par microSDXC, un DAC Hi-Res audio à 192 kHz sur 24 bits, de la 4G+ LTE-Advanced à 225 Mb/s, du Wi-Fi 802.11ac, du Bluetooth 4.1, de l’infrarouge et du NFC.

Par le biais de la technologie Qualcomm Quick Charge 2.0, sa batterie de 2 700 mAh peut être rechargée rapidement.

Pour fonctionner, ce nouveau smartphone a droit à Android 5.0 accompagné de la surcouche maison HTC Sense 7.

Le prix du J Butterfly 3 n’est pour le moment pas communiqué. Sa mise en vente débutera au mois de juin.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEchecs spatiaux russes : les responsables devront payer « de leurs propres poches »
Article suivantChrome 43 : Google colmate 37 failles de sécurité

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here