Jailbreak : de l’Open Source pour contrebalancer la concurrence des équipes ?

Si la sortie des premières versions de Jailbreak était le fruit de travaux en communs, la course à la gloriole pousse de plus en plus les équipes à sortir des produits fermés. Pourtant, p0sixninja espère relancer le concept de Jailbreak Open Source.

Il est certain qu’Apple améliore au gré de ses versions et mises à jour son système d’exploitation mobile iOS, ce qui explique le temps de plus en plus long mis par les équipes de hackers pour proposer des outils de Jailbreak. Pourtant, à en croire p0sixninja, un hacker mondialement reconnu en matière de Jailbreak, le problème ne se situerait pas qu’à ce niveau.

En effet, selon lui, la coopération entre les équipes de hack s’est peu à peu transformée, au fil du temps, en compétition acharnée, ce qui a débouché sur des produits fermés et la découverte d’exploits revendiqués comme de véritables trophées.

Alors que toutes les équipes se font concurrence, pourquoi ne pas revenir à l’époque des débuts du Jailbreak, avec un référentiel central pour maintenir tout le code ? C’est l’idée que vient de proposer Joshua Hill, alias p0sixninja, sur son compte Twitter. Son idée consiste à créer un Open Jailbreak, c’est-à-dire un Jailbreak en Open Source.

Selon son point de vue, la mise en place d’une plateforme commune devrait permettre d’accélérer le développement des nouveaux outils, mais aussi permettre de proposer plus facilement des patchs ou ajours de fonctionnalités, sans parler de permettre un meilleur maintien du code.

Il est certain que cette initiative peut paraitre très intéressante, une idée qui sera certainement du goût d’Apple qui aura ainsi plus facilement accès aux brèches utilisées par les hackers. Alors, s’agit-il d’un projet utopiste, ou pourra-t-il voir le jour ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentYahoo! : une page d’histoire se tourne avec la fermeture de 12 services
Article suivantFirefox : une version 23.0 orientée sécurité et réseaux sociaux

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here