Les Japonais peuvent enfin jouer officiellement à Pokémon Go

Bien que le Japon soit la patrie originelle des Pokémons, les Japonais ne pouvaient pas encore traquer les créatures imaginaires avec le jeu Pokémon Go. Ils peuvent désormais le faire officiellement.

Ce n’est pas parce que la patrie originelle des Pokémons est le Japon que le pays a été le premier concerné par le lancement de Pokémon Go. Bien au contraire. Ce n’est qu’après les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France et bien d’autres pays que les Japonais peuvent enfin se lancer à la traque de Pikachu et ses congénères. C’est depuis ce vendredi 22 juillet que les très nombreux fans japonais peuvent officiellement se lancer en chasse.

« Nous sommes très heureux de pouvoir l’apporter au Japon, où Pokémon est né », a écrit le studio Niantic sur son blog. Le développeur du jeu justifie ce retard en évoquant un accueil phénoménal « au-delà de nos attentes ».

Dès le lancement de Pokémon Go au Japon, les réseaux sociaux se sont déchainés. C’est par exemple le cas de @skri0709 qui a tweeté « Pokémon Go est arriiiiiiivé », ou @yamaneko21 qui dit que « Pokémon Go est là, impossible de travailler ». Très rapidement, les rues de Tokyo ont été envahies par des chasseurs en quête de Pokémons, des personnes facilement reconnaissables parce qu’elles ont les yeux rivés sur leur téléphone.

La Bourse japonaise réagit bien

Alors que le cours de l’action Nintendo a pratiquement doublé depuis le lancement du Pokémon Go, elle a encore bondi de 6,8 % dans la matinée du lancement du jeu au Japon. À la clôture, l’euphorie s’est toutefois un peu calmée avec une hausse finale de 0,78 %.

McDonald’s, partenaire du jeu au Japon, a également profité du lancement de Pokémon Go dans le pas. Son titre a gagné 4 % vendredi, pas moins de 19 % sur la semaine.

Un engouement planétaire… censuré par certains pays

Désormais, Pokémon Go est officiellement disponible dans une quarantaine de pays à travers le monde. En raison d’un certain nombre d’incidents qu’il a provoqué, certains pays émettent des recommandations. Le Japon a par exemple publié un dépliant pour expliquer les bonnes pratiques, notamment pour expliquer aux enfants qu’il ne faut pas jouer à Pokémon Go à vélo, ou ne pas s’aventurer dans des endroits dangereux.

L’Arabie saoudite a par contre ressorti une fatwa de 2001 pour interdire le jeu. Quant aux autorités indonésiennes, elles ont interdit à ses fonctionnaires, policiers et militaires d’y jouer.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here