Jennifer Aniston contribue… à percer le mystère de la mémoire

La comédienne Jennifer Aniston n’est pas une scientifique. Cela ne l’a pas empêché de contribuer à percer le mystère de la mémoire.

Quel est le rapport entre Jennifer Aniston et une étude scientifique sur la mémoire ? A priori aucun. En fait si, il existe un lien. Une équipe de scientifiques a utilisé des images de célébrités, notamment de la comédienne, pour leur étude et c’est justement l’héroïne de la série Friends qui a suscité une réaction chez les patients. Mais reprenons au début…

Une équipe de scientifiques s’est penchée sur la question de savoir pourquoi se souvient-on de certaines choses, et pourquoi en oublie-t-on d’autres.

Ces chercheurs de l’université de Leicester et de Californie ont étudié 14 patients souffrant d’une forme grave d’épilepsie. Après leur avoir implanté des électrodes au niveau du lobe temporal médian, ils ont ensuite été observés alors qu’ils regardaient des photos de célébrités américaines, puis des lieux touristiques, et finalement une association des deux, par exemple de Clint Eastwood posant devant la Tour de Pise.

À la grande surprise des scientifiques, ils ont constaté que les patients activaient le même neurone en regardant la Tour Eiffel qu’en regardant Jennifer Aniston. En d’autres termes, cette association a modifié la formation des souvenirs dans le cerveau.

« Nous avons pu observer ces changements après avoir montré une seule fois les photos », explique Rodrigo Quian Quiroga, directeur du centre de recherche en neurosciences à l’université de Leicester. « C’est un changement radical par rapport aux expériences menées chez l’animal, pour qui ces changements sont observés après de nombreux entraînements ».

« Il est primordial de comprendre le processus neuronal qui se cache derrière la formation des souvenirs dans la vraie vie, car dans la réalité, nous ne sommes pas exposés de manière répétée à un événement pour nous en rappeler, il suffit d’y être exposé une fois », ajoute le chercheur.

Grâce à la réaction suscitée par Jennifer Aniston, les chercheurs espèrent maintenant améliorer les connaissances sur le fonctionnement de notre mémoire et de sa détérioration dans le but de mettre au point des traitements efficaces contre des maladies neurologiques telles que l’Alzheimer.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle : du retard dans la mise à jour de l’algorithme Panda
Article suivantPratiques d’Apple en matière de streaming : les autorités de la concurrence s’intéressent à la question

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here