Jeux vidéo : les PC plus rentables que les consoles de jeu

Sous la pression du free-to-play, les jeux vidéo sur PC sont dorénavant plus rentables que ceux sur les consoles de jeu.

En raison des risques de piratage, la réputation des jeux vidéo sur PC n’est pas aussi glorieuse qu’elle pourrait l’être. Pourtant, selon la dernière analyse de marché du cabinet DFC Intelligence, les jeux sur PC n’ont pas à rougir de la comparaison avec leurs homologues sur consoles.

Poussés par l’arrivée massive du free-to-play, les revenus générés par les jeux sur PC ont tout récemment dépassé ceux issus des jeux sur console. Selon David Cole, responsable du cabinet d’analyse DFC Intelligence, l’explication de cette passation de pouvoir serait que les consoles sont aujourd’hui devenues des produits de luxe alors que les PC se sont démocratisés, un phénomène qui était inversé, il y a encore quelques années.

Mais ce qui booste le plus les revenus des jeux sur PC, c’est la multiplication des jeux de type multiplayer online battle arena (MOBA), des titres free-to-play à l’instar de « Dota 2 », « League of Legends », et bien d’autres. La gratuité des jeux attirent les gamers, des joueurs qui finissent souvent par acheter du contenu dématérialisé pour progresser dans le jeu.

Pour DFC Intelligence, ce marché des jeux PC devrait même atteindre les 25 milliards de dollars pour cette année.

Si cette situation ne devait pas forcément durer avec l’arrivée de nouvelles consoles et de nouveaux titres majeurs, il n’en demeure pas moins que des jeux cross-plateformes, comme « Hearthstone » de Blizzard, vont pousser les joueurs à ne plus se focaliser sur une seule plateforme pour jouer.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBoutons marche-arrêt défectueux : Apple va gratuitement réparer les iPhone 5
Article suivantMicrosoft embauche pour son Windows virtuel

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here