Joe Mobile : Mission accomplie ?

En annonçant vouloir limiter son offre à 5 000 clients à la fin 2012, Joe Mobile a outrepassé son objectif de séduction des utilisateurs en dépassant son but. Est-ce que sa mission est pour autant accomplie ?

C’est Mathieu Horn, fondateur et patron de Joe Mobile, qui vient de publier toute sa satisfaction sur le blog de l’opérateur : « Il y a à peine plus de deux mois, Joe débutait son avant-première, riche en émotions et en rebondissements, qui s’achève aujourd’hui. Notre communauté est vivante et très active. Elle s’agrandit chaque jour ». Il ajoute malicieusement : « il semble, en effet, que nous ayons oublié d’arrêter le compteur à 5 000 commandes comme nous l’avions envisagé… ».

Le lancement de Joe Mobile, la marque low-cost très agressive de SFR, est donc une réussite. Mais pour perdurer, l’offre doit maintenant séduire le grand public, à plus large échelle, c’est ce que précise Mathieu Horn : « un nouveau défi nous attend en 2013, celui du lancement grand public marqué par le début de nos campagnes de publicité. D’ici quelques semaines, nous allons être beaucoup plus nombreux dans la communauté ». En effet, l’objectif avoué pour fin 2013 est d’avoir « plusieurs centaines de milliers d’abonnés ».

Pour rappel, l’offre Joe Mobile a la particularité d’être totalement modulable au gré des besoins de l’utilisateur, il peut, à partir d’un forfait à 5€/mois comprenant uniquement les SMS et MMS illimités y ajouté tout ce qu’il veut : voix, data, etc., telles des pièces de puzzle qui complètent et personnalisent le forfait. De cette manière, il est possible de disposer d’une offre illimitée voix, de 1 Go de data et les SMS/MMS illimités pour 15€, une offre concurrentielle par rapport aux offres illimitées proposées par B&You ou Sosh par exemple, même si elles sont un peu plus généreuses.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGalaxy Note 2 : oserez-vous le rouge ou le brun ?
Article suivantApple : Samsung toujours plus mis à l’écart

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here