Jolla espère pouvoir fabriquer une tablette sous Sailfish OS

C’est ce mercredi que la firme finlandaise Jolla a lancé une campagne de financement sur Indiegogo dans le but d’obtenir des fonds pour produire une tablette sous Sailfish OS.

Après avoir produit un smartphone sous Sailfish OS, la firme finlandaise Jolla espère récidiver, mais avec une tablette cette fois. C’est dans ce but qu’une campagne de financement visant à récolter 380 000 dollars a été lancée sur le site Indiegogo.

Hormis le fait de fonctionner sous Sailfish OS, le successeur du projet MeeGo de Nokia qui est depuis longtemps tombé aux oubliettes, cette tablette embarquera un écran de IPS TFT de 7,85 pouces et d’une résolution de 2 048 x 1 536 pixels, soit 330 ppi (plus que les 326 ppi de l’iPad Mini), un processeur quad-core Atom d’Intel cadencé à 1,8 GHz soutenu par 2 Go de RAM, 32 Go d’espace de stockage extensible par microSD, deux capteurs photo (avant et arrière), ainsi qu’une compatibilité Wi-Fi 802.11a/b/g/n, Bluetooth 4.0, GPS, et pour finir quelques capteurs, et une batterie 4 300 mAh.

Au niveau du message que Jolla veut faire passer au sujet de cette tablette, la firme finlandaise déclare : « La face avant de la tablette sera dédiée à l’affichage, sans aucune distraction de conception. Le Sailfish OS est tout à fait logique, cohérent et intuitif. Avec votre tablette, vous aurez une expérience complètement différente d’interagir avec votre dispositif ».

À la différence des tablettes sous iOS ou Android, cette tablette sous Sailfish OS se différenciera en étant une tablette complètement ouverte, le système d’exploitation étant lui-même open source. Par ailleurs, Jolla a promis de ne jamais vendre des données de ses utilisateurs en soulignant que « il n’y a pas de backdoor qui permettrait à quelqu’un de suivre votre activité ».

Dans le cadre de la campagne Indiegogo, les contributeurs ont déjà épuisé les lots à 189 et 199 dollars. Un lot de 2 000 tablettes supplémentaires a été ajouté. Il reste moins de 3 semaines pour arriver à l’objectif.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPhilae : les premiers résultats commencent à filtrer
Article suivantStreaming musical : les iPhone vont recevoir Beats Music

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here