Jolla outrepasse tous ses espoirs pour sa Tablette

L’ambition de Jolla était de récolter 380 000 dollars pour la production de sa tablette tactile. Il n’aura fallu qu’un peu plus de deux heures pour atteindre cet objectif.

En cherchant une source de financement sur le site participatif Indiegogo, l’objectif de la société finlandaise Jolla était de recueillir 380 000 dollars pour la fabrication de sa tablette sous Sailfish OS. Il n’aura fallu qu’un peu plus de deux heures pour atteindre cet objectif.

Alors que cette campagne de financement prendra fin le 9 décembre, 6 300 contributeurs ont participé à la campagne en un peu plus d’un jour alors que le montant recueilli dépasse déjà le million de dollars. jolla

Cette tablette tout simplement baptisée Tablet sera disponible à partir du mois de mai 2015. Tous les souscripteurs d’au moins 209 dollars seront parmi les premiers à en recevoir une.
Techniquement parlant, cette Tablet est dotée d’un écran de 7,85 pouces de 248 x 1536 pixels, d’un processeur quad-core Intel 64-bits cadencé à 1,8 GHz épaulé par 2 Go de RAM, et d’un espace de stockage de 32 Go extensible par microSD, un capteur photo dorsal de 5 mégapixels et frontal de 2 mégapixels. Sa seule faiblesse est que cette tablette ne dispose que du Wi-Fi, ce qui peut limiter un peu sa mobilité.

Le système d’exploitation de cette tablette Jolla sera Sailfish OS, une version dérivée du système d’exploitation Linux.
Il faut préciser que Jolla a été formé par des personnes, notamment des ingénieurs, qui ont quitté Nokia lorsque le constructeur finlandais s’est focalisé sur le système d’exploitation Windows Mobile.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentKickstarter suspend la campagne de Blood Sport, une manette de jeu qui fait couler du vrai sang
Article suivantMercedes : CLA Shooting Brake ne renie pas ses liens avec la CLS

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here