La #JourneeMondialeDesGeeks est l’occasion d’en apprendre plus sur les geeks

Lorsqu’on parle de technologie, le terme geek est souvent employé. Qu’est-ce qu’un geek exactement ? En cette journée du 25 mai, la #JourneeMondialeDesGeeks est l’occasion d’en savoir plus sur ces personnes. Cette journée a été lancée en 2006 en Espagne sous le nom de « Dia del Orgullo Friki ». Le choix de la date fait référence à la date de la première projection de Star Wars (1977), mais aussi à la journée mondiale de la serviette qui rend hommage à l’œuvre culte de Douglas Adams : « H2G2 la guide du voyageur galactique ».

Cette #JourneeMondialeDesGeeks met donc à l’honneur les geeks. À l’origine, le terme geek désignait une personne passionnée par des domaines précis liés aux sciences, à la technologie et à l’informatique. Les passionnés par la science-fiction, le fantastique, l’informatique, les jeux de rôles étaient typiquement assimilés à des geeks. Le terme possédait une connotation péjorative en désignant des personnes jugées trop cérébrales.

Progressivement, avec la démocratisation des technologies et l’arrivée sur le marché de gadgets électroniques (smartphone, smartwatch…), de plus en plus de personnes s’autoproclament geek, cela sans que ces personnes soient des passionnés des sciences, de la technologie ou de l’informatique. Le terme est même devenu très tendance.

De fait, le terme geek a aujourd’hui pratiquement perdu tout son véritable sens vu qu’il désigne presque la quasi-totalité de la population. Par exemple, tous les mobinautes sont des geeks, mais aussi les scientifiques, les fans de BD, les astronomes, les joueurs à Candy Crush, ou encore ceux qui savent installer un logiciel sur un ordinateur.

Mais soyons clairs. Ces personnes affublées de l’étiquette « geek » ne sont pas de véritables geeks au sens passionné du terme. Elles ne sont en effet pas réellement attirées par l’aspect avant-gardiste de la technologie, ne sont pas des early adopter des nouveautés dans leur domaine de prédilection.

Pour aller au-delà du simple terme geek, c’est une « geek attitude » qui est aujourd’hui en train d’émerger, une manière de vivre alimentée par la nostalgie que représentaient les jeux, les comics… à l’époque de leur jeunesse. Par contre, les termes plus spécifiques que sont les nolife (tellement passionné qu’ils en sont dépendants), les gamers (joueurs passionnés ou professionnels), les nerds (passionnés en sciences et connaissances en tous genres), les otaku (fans de culture japonaise) ou les technophile (les passionnés par la technologie) sont eux restés pratiquement inchangés dans leur sens.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple veut concurrencer Amazon et Google sur les assistants domotiques
Article suivantL’impression 3D sauve une tortue en lui procurant une nouvelle carapace

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here