Justice : dans 90% des cas, Apple ne peut pas accéder aux données d’un iPhone

À la question d’un juge fédéral de Brooklyn demandant à Apple s’il était possible de récupérer les données personnelles stockées sur un iPhone, la firme de Cupertino a répondu que c’était impossible dans 90% des cas.

Suite à une demande du Département de la Justice des États-Unis qu’Apple aide les autorités à accéder au contenu d’un iPhone saisi durant l’enquête, un juge fédéral de Brooklyn, James Orenstein, a demandé à la firme de Cupertino si « ce serait possible à réaliser ».

Selon les documents judiciaires, la réponde d’Apple a été que « c’était impossible pour 90% des appareils exécutant iOS ». Plus précisément, la marque à la pomme indique que c’est impossible pour les appareils équipés d’iOS 8 ou plus, et que les 10% restants concernent les terminaux qui sont équipés d’une version plus ancienne.

Pour rappel, c’est suite aux nombreux scandales soulevés par les pratiques de la NSA qu’Apple a ajouté une fonctionnalité de cryptage en 2014, avec iOS 8, pour protéger les données personnelles des utilisateurs et ainsi redonner confiance aux mobinautes.

L’iPhone concerné par cette affaire fait justement partie des 10% auxquels Apple pourrait toujours accéder. Pourtant, la firme de Cupertino compte ne pas le faire.

Apple a en effet demandé au juge James Orenstein de « ne pas être obligé de se conformer à la demande du ministère de la Justice » pour ne pas nuire à sa réputation vis-à-vis de ses clients.

« Forcer Apple à extraire des données dans ce cas, avec l’absence d’une autorisation légale claire de le faire, serait une menace pour la confiance liant Apple et ses clients et ternirait sensiblement la marque à la pomme », préviennent les avocats d’Apple.

De son côté, le procureur de Brooklyn, Robert Capers, a refusé de commenter l’affaire.

Pour l’heure, le juge James Orenstein a différé sa décision dans l’attente qu’Apple réponde à la question de savoir si l’opération est « techniquement faisable ». Une audience est prévue ce jeudi.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSmart Mobility City 2015 : Toyota présentera l’ITS Connect et l’initiative Ha:mo
Article suivantPlayStation 4 : l’Europe a aussi droit à une baisse de prix de 50 €

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here