Kazam dévoile une dizaine de terminaux pour les budgets serrés

À quelques jours du Mobile World Congress, la marque britannique Kazam dévoile la dizaine de nouveautés de son catalogue de smartphones.

La gamme de smartphones de Kazam est déjà bien fournie. Cela n’empêche pas pour autant la marque britannique de profiter de la proximité du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone pour dévoiler les nouveautés de son catalogue. Il s’agit de mobiles pour tous les besoins et les budgets serrés.

Les nouveaux appareils de Kazam ne sont pas tous sous Android et ne sont pas tous dotés de la 4G. Ce ne sont d’ailleurs pas tous des smartphones. Par contre, le prix sympa, la garantie de 3 ans, le remplacement gratuit de la dalle en cas de bris pendant un an, ainsi que le service d’aide à la prise en main sont toujours d’actualité.

Les nouveaux appareils de Kazam se déclinent en six modèles sous Android. Il s’agit des modèles 440L, 445L et 450L qui sont 4G (L pour LTE) et les 450, 451 et 455 qui sont simplement 3G. Comme les deux derniers chiffrent indiquent la taille de l’écran, cela signifie que ces modèles s’échelonnent de 4 à 5,5 pouces.

Les modèles 450W et 450WL sont eux sous Windows Phone. Vous l’aurez compris, il s’agit de smartphone de 5,0 pouces, dont un supporte la 4G. Si on ne sait pratiquement rien au sujet des caractéristiques techniques des terminaux Android, on sait par contre que ces deux modèles seront équipés de chipsets Qualcomm vu que cela fait partie du cahier des charges imposé par Microsoft.

Le dernier appareil dévoilé par Kazam est un nouveau feature phone : le C6. Il s’agit d’un téléphone mobile à clapet d’un style plutôt rétro dans son concept, avec un clavier téléphonique sous l’écran. Là aussi, aucune information technique hormis sa compatibilité 3G.

Vu que le MWC 2015 aura lieu la semaine prochaine, toutes les inconnues techniques seront révélées à ce moment-là.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentActivité industrielle : optimisme et fragilité
Article suivantRobear : un ours-robot pour déplacer les patients invalides

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here