Kernel 4.4 LTS : plein de nouveautés pour le nouveau noyau Linux

La nouvelle version du noyau Linux est désormais disponible en version Kernel 4.4 LTS. Cette nouvelle mouture apporte plusieurs nouveautés majeures.

C’est Linus Torvalds, dans une note, qui a annoncé la disponibilité de la nouvelle version du noyau Linux. Baptisée Kernel 4.4 LTS, cette version a tout d’abord droit au support à long terme (LTS). Elle introduit aussi plusieurs nouveautés majeures.

Kernel 4.4 LTS améliore par exemple la prise en charge de certains GPU AMD (Carrizo, Tonga et Fiji), mais aussi des IGP des processeurs Skylake d’Intel. En plus, elle ajoute le support 3D pour le pilote du GPU virtuel, ce qui permet d’utiliser les capacités du GPU hôte pour accélérer le rendu 3D dans un client Linux virtualisé.

Grâce à l’introduction du support Direct I/O et Asynchronous I/O dans le loop device, celui-ci a droit à un gain de performance, tout en économisant de la mémoire. Cela signifie, plus globalement, que Kernel 4.4 LTS améliore les performances de Linux.

Toujours dans le but d’améliorer les performances, l’implémentation du TCP a été retravaillée pour une meilleure efficacité du listener. Les serveurs TCP deviennent ainsi plus rapides.

Il faut encore annoncer la prise en charge des Open-Channel SSD via LightNVM, ce qui améliore la prise en charge par le système d’exploitation de certaines caractéristiques des SSD habituellement réservées au firmware. Plus concrètement, ils partagent les responsabilités du Flash Translation Layer des SSD.

Kernel 4.4 LTS contient de nombreuses autres nouveautés, comme un grand nombre de pilotes qui ont été mis à jour, quelques ajouts de pilote aussi, des corrections de bugs, etc. La seule chose à dire pour finir, c’est qu’il ne vous reste plus qu’à installer cette nouvelle version.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiOS 9.3 : arrivée du multi-compte sur les iPad
Article suivantWikipédia ne tolère pas le « vandalisme » du ministère de l’Intérieur

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here