Koji Sato explique comment Lexus s’est inspiré de la supercar LFA V10 pour le LC 500

Les coupés LC 500 et LC 500h sont dotés de performances dynamiques exceptionnelles. La question que l’on peut se poser est de savoir comment Lexus a su atteindre un tel niveau de performance ? C’est Koji Sato, ingénieur en chef, et Tadao Mori, designer en chef, qui livrent quelques réponses à cette question.

Ils expliquent que les coupés LC 500 et LC 500h ne sont pas issus d’une feuille blanche, mais ont été conçu sur la base de l’héritage laissé par la supercar LFA V10. « Avant de nous atteler à ce travail, nous avons conduit la LFA un nombre incalculable de fois dans la région de Los Angeles. On retrouve par exemple la technologie de la fibre de carbone composite développée pour la LFA au niveau des pièces allégées conçues pour le LC, notamment pour les panneaux des contre-portes en fibre de carbone réimprégnée moulée sous pression », explique Koji Sato.

Il ajoute que « nous sommes fiers d’avoir atteint une rigidité torsionnelle au meilleur niveau international, soutenant la comparaison avec les meilleures voitures allemandes. Le LC affiche une rigidité 60 % plus élevée que celle de l’actuelle Lexus GS. Cela se traduit par un comportement plus incisif, plus précis et plus linéaire. En fait, le LC va encore plus loin en offrant un niveau de performances élevé, mais avec plus de douceur », une rigidité remarquable jamais atteinte par une Lexus, y compris par la LFA.

Question équilibrage du coupé, il explique que « Nous avons réussi à obtenir un équilibre entre l’avant et l’arrière de 52:48 pour le LC 500 et de 51:49 pour le LC 500h […] Par le passé, les ingénieurs avaient tendance à se concentrer sur les caractéristiques techniques et les performances, mais les voitures d’exception offrent naturellement bien davantage. Les clients ont envie d’une expérience complète qui associe le corps et l’esprit et nous avons donc travaillé sur ce qui fait appel au sens du conducteur. »

De son côté, Tadao Mori explique que le design saisissant du LC reprend un grand nombre d’éléments stylistiques ultramodernes qui ont contribué au plébiscite unanime du concept-car avec l’apport de nouveauté pour atteindre l’excellence aérodynamique : « Nous l’avons obtenue en introduisant de nouveaux éléments comme les ouvertures situées juste à l’avant des roues arrière qui canalisent le flux d’air dans les passages de roue. Nous avons travaillé sur la forme et la localisation de nombreux éléments qui contribuent à l’efficacité aérodynamique : ailettes sous le plancher, rétroviseurs extérieurs, prises d’air du bouclier avant et inclinaison du pare-brise. »

En résumé, si les LC 500 et LC 500h sont si performants, c’est avant tout parce que Lexus a su capitaliser sur les expériences acquises sur ses autres modèles, comme la supercar LFA V10. À se poser la question de savoir si le constructeur ne va pas développer un LC spécifique pour la compétition automobile…

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPas de mission ExoMars 2018, mais une mission ExoMars 2020 à la place
Article suivantLes 18 ans de règne d’Internet Explorer ont pris fin à cause de Chrome
Après mes études de journalisme, me retrouver à écrire sur des faits divers sans importance m'a déprimé. Lorsqu'un ami m'a emmené me changer les idées au salon Connect It de Paris, cela m'a fait tilt ! Découvrir les technologies d'aujourd'hui que tout le monde pourra utiliser demain… m'a donné une nouvelle inspiration. Par les amis de mes amis qui son mon avis, on m'a filament proposé d'écrire des articles sur le high-tech. Dire ce qui m'intéresse le plus ? Difficile à dire. Cela va si vite, les possibilités sont si énormes. Une chose est en tout cas sûre : cela me passionne !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here