Koleos : Renault prépare une version 2016 dérivée du Kadjar

Le Koleos aura droit à une nouvelle génération en 2016, une nouvelle version qui ne cachera pas sa parenté avec le Kadjar.

Après avoir lancé le Kadjar, Renault prépare la nouvelle génération de son grand frère : le Koleos. À l’instar de Nissan qui propose le Qashqai 5 places et le complémentaire X-Trail 7 places, la marque au losange compte en faire de même avec le Kadjar et le Koleos.

C’est donc sans surprise que les premières images révèlent de grandes similitudes entre le Kadjar et le futur Koleos. Si les phares, feux, calandre et capot s’inspirent plutôt de la berline Talisman, la silhouette du Koleos ne cachera clairement pas sa parenté avec le Kadjar.

Des questions se posent bien évidemment, comme de savoir si ce nouveau Koleos aura droit à l’écran vertical d’infodivertissement, désormais cher à la marque, ou à la planche de bord du Kadjar.

Une autre question concerne la motorisation. En effet, Nissan a doté son X-Trail de l’hybride, est-ce que Renault va en faire de même avec le Koleos ? Au départ, il est probable que les motorisations seront les mêmes que pour le Kadjar. Il faut simplement espérer que le Koleos soit le premier modèle de Renault à se convertir à l’hybride.

Avec sa longueur proche de 4,70 m, le Koleos aura droit à un volume de coffre digne de celui d’un break. Les deux places assises supplémentaires qui s’y logeront n’officieront tout de même que pour du dépannage. En fait, grâce à l’extension de l’empattement, c’est l’espace aux jambes de la seconde rangée qui devrait profiter de plus de place. Par ailleurs, les banquettes coulisseront indépendamment, ce qui promet une modularité sans commune mesure avec le Kadjar.

Ce nouveau Koleos devrait facilement faire oublier la génération actuelle. Sa présentation devrait intervenir au cours de l’année 2016.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBT Cortana Button : un accessoire Bluetooth pour communiquer avec l’assistant
Article suivantChrome : importante faille corrigée par Google

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here