La CJUE autorise le brevetage d’ovules humains

La Cour de justice de l’Union européenne vient d’autoriser le brevetage d’ovules humains activés par manipulation génétique, sous conditions.

La société de biotechnologie International Stem Cell Corporation (ISCO) avait introduit deux demandes de brevet portant sur une technologie produisant des cellules souches qui peuvent se développer en n’importe quelles cellules du corps humain à partir d’ovules humains. Au motif que le droit européen l’interdit, la justice britannique avait rejeté ces demandes.

En mettant en avant le fait que les ovules activés par parthénogenèse, c’est-à-dire sans fécondation par spermatozoïdes, ne sont pas en mesure de devenir un être humain, la société ISCO a décidé de contester cette décision. C’est ainsi que ce dossier est arrivé devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE).

Saisie par la justice britannique, la Cour devait trancher sur ce délicat. Suivant la recommandation de l’avocat général Cruz Villalon, la CJUE a suivi le raisonnement énoncé par ISCO, à savoir que « pour être qualifié d’embryon humain, un ovule humain doit nécessairement disposer de la capacité intrinsèque de se développer en un être humain ». De fait, la Cour, ce jeudi 18 décembre, autorise le brevetage d’ovules humains activés par manipulation génétique.

La CJUE précise toutefois que si jamais la parthénogenèse conférait à un ovule « la capacité intrinsèque de se développer en un être humain », il devrait de ce fait être « traité de la même façon qu’un ovule humain fécondé, à tous les stades de son développement », ce qui est une condition à sa décision. De fait, il appartient à la justice britannique de contrôler que les ovules brevetés par ISCO ne disposent pas de la capacité de se développer en un être humain.

Alors que cette technique est annoncée comme très prometteuse pour la médecine régénératrice, cette décision va certainement permettre de faire avancer les recherches en la matière.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHigh-tech : l’entreprise de l’année 2014 est… Amazon
Article suivantGran Turismo 6 1.15 : arrivée de la Vision Gran Turismo d’Infiniti

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here