La France demande à Google des informations sur ses utilisateurs

Le groupe américain Google indique que le nombre des requêtes demandant des informations sur les utilisateurs, émis par les autorités dans un cadre légal, a connu une augmentation remarquable, chose qui l’a amené à mettre à jour son rapport de transparence sur les demandes de suppression de contenus provenant des autorités françaises et gouvernementales.

Le bilan des requêtes reçues fait apparaître 27 477 requêtes gouvernementales sur le second semestre concernant 42 648 comptes, par rapport à 25 879 sur le premier semestre. Connaissant ainsi une hausse de 120% en quatre ans.

Google compte négocier avec les enquêteurs la communication des informations pour ne transmettre que ce qui est utile à leurs enquêtes et, éventuellement, informer les utilisateurs sur les données personnelles transmises aux autorités judiciaires.

La popularité de Google et la hausse de ses utilisateurs sont apparemment les raisons de ces demandes par les forces de l’ordre, dont un tiers émanerait des États-Unis. Toujours est-il, sur le fameux rapport de Google ne figure pas le nombre des demandes dans le cadre du FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act) malgré les critiques de Microsoft, Apple ou Facebook, ne stipulant qu’une fourchette de 0 à 999 ?

La France fait figure autant que deuxième demandeur mondial de ces informations après les États-Unis avec 10 574 demandes. Les troisièmes étant l’Allemagne, l’Inde, la Grande-Bretagne et le Brésil.

Richard Salgado, le responsable juridique de Google explique sur le blog de Google qu’en plus du nombre des utilisateurs qui a connu une hausse, il y aurait de plus en plus de gouvernements qui seraient en train d’exercer leur autorité pour obtenir gain de cause.

Google : la France prend la 2e place au classement des demandes d'informations sur les utilisateurs
Google : la France prend la 2e place au classement des demandes d’informations sur les utilisateurs

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInstagram vs Twitter : l’application de partage de photos gagne du terrain
Article suivantLa Digital Paper de Sony est enfin dévoilée !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here