La France va faire évoluer son protocole de mesure des ondes électromagnétiques

Alors que la dernière version du protocole de mesure des ondes électromagnétiques date de 2011, l’ANFR annonce le lancement d’une consultation publique pour faire évoluer ce protocole.

L’actuelle version du protocole de mesure des ondes électromagnétiques date d’août 2011. La récente modification d’une norme européenne rend nécessaire une actualisation de la norme française, « en particulier pour mieux évaluer le niveau d’exposition à puissance maximale des réseaux de téléphonie mobile 4G et pour permettre la mesure des ondes émises par les réseaux locaux sans fil, en prenant en compte toutes les versions du Wi-Fi ».

En tant que garant du respect des valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques qui sont fixées par un décret, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a annoncé le lancement d’une consultation publique afin de faire évoluer le protocole de mesure de l’exposition des individus aux ondes électromagnétiques. Cette procédure est ouverte jusqu’au 15 juin prochain.

« Dans un souci d’améliorer de la qualité des résultats, il est proposé que l’évaluation maximale par extrapolation de l’exposition soit fondée sur des coefficients réels, correspondant aux antennes qui desservent la zone où la mesure est réalisée » et non plus sur un coefficient moyen au niveau national, précise l’ANFR. Dans ce but, les quatre opérateurs français seront donc associés à ce nouveau dispositif.

Préalablement à l’entrée en vigueur du nouveau protocole, l’ANFR publiera une synthèse des réponses sur son site internet à l’issue de la consultation publique.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSécurité routière : attention aux contrôles routiers
Article suivantiPad Pro : une tablette de 12 pouces proche de l’iPad Air 2

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here