La guerre de la vidéo mobile en direct a débuté

Avec le lancement de Meerkat et Periscope, deux applications mobiles de vidéo en direct, la guerre pour ce nouveau marché a débuté.

La diffusion mobile de vidéo vient de passer un nouveau cap avec l’apparition d’application dédié à la diffusion d’images en direct, un peu à l’instar des webcams qui diffusent leurs images sur le web via un ordinateur.

Grâce à Meerkat et Periscope, un smartphone suffit désormais pour diffuser une vidéo en direct sur internet. En quelques secondes, ces deux applications peuvent diffuser un flux vidéo qui sera promu grâce à son compte Twitter. Par le biais des réseaux sociaux, ces vidéos en direct peuvent surtout devenir virales…

Mais le fait que deux applications concurrentes arrivent quasi simultanément sur le marché va bien évidemment provoquer une guerre entre ces deux produits pour ce tout nouveau marché.
Premier à être sorti, Meerkat bénéficie d’un certain avantage. Par contre, Periscope, récemment racheté par Twitter, bénéficie de tout le poids du réseau social, d’autant plus que celui-ci a coupé les accès à sa plateforme à son concurrent.

De prime abord, tant Meerkat que Periscope vont tout d’abord intéresser la presse. En effet, ces applications peuvent être de formidables outils d’information.

Bien évidemment, comme tout ce qui touche à la vidéo, cela va certainement aussi intéresser l’industrie pornographique. Bien que Twitter annonce que la diffusion d’images explicites est interdite sur Periscope, on peut parfaitement imaginer des sessions pornographiques privées qui seraient source de revenus pour les « camgirls » et « camboys ».

Vu que Madonna a déjà un compte sur Meerkat, cela démontre parfaitement que d’autres industries vont pouvoir tirer parti de la diffusion vidéo en direct.

Au final, bien que plusieurs produits peuvent parfaitement cohabiter, quel est celui qui va dominer l’autre ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCrash de l’A320 : les recherches de la seconde boite noire en images
Article suivantLoi sur le renseignement : mobilisation des opposants

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here